Le changement climatique pourrait favoriser la prolifération d'une bactérie mangeuse de chair

19.6.2019 - 19:18, Relaxnews

Dangereuse pour l'humain, la bactérie Vibrio vulnificus prolifère dans les eaux chaudes et salées.
Source: Relaxnews

Une étude scientifique alerte sur la présence accrue d'une bactérie dangereuse pour l'humain dans les eaux de la côte Est des Etats-Unis. La prolifération de cette bactérie serait facilitée par la hausse de la température des eaux liée au réchauffement climatique, avancent les chercheurs. 

Alors que la saison des plages et des baignades dans la mer est sur le point de démarrer, des scientifiques américains alertent sur la prolifération de la bactérie Vibrio vulnificus, dans une étude parue en ligne sur le site Annals of Internal Medicine.La bactérie Vibrio vunificus est un pathogène qui vit dans les eaux salées et dont la température de surface dépasse 13°C. Les infections se produisent par des ruptures cutanées et des infections intestinales, qui surviennent généralement après l'ingestion de fruits de mer crus ou insuffisamment cuits- comme des mollusques ou des huîtres- ou par le contact d'une plaie avec l'eau où les bactéries vivent.

Les recherches mentionnent cinq cas de contamination survenus en 2017 et en 2018, à partir des données de patients soignés au Cooper University Hospital (New Jersey, Etats-Unis). Les victimes présentaient des éruptions cutanées graves, ainsi que de la fièvre et des vomissements. Une d'entre elles a été amputée des quatre membres et une autre est décédée. 

Le risque d'infection s'avère particulièrement élevé chez les patients souffrant d'immunosuppression et de cirrhose. Des mesures de précaution sont également nécessaires chez les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées.

Hausse des températures des eaux 

La bactérie Vibrio vulnificus est endémique le long de la côte sud-est des États-Unis. Plusieurs cas d'infection ont également été signalés dans la baie de Chesapeake, mais très peu dans la baie de la Delaware où les eaux sont plus froides, expliquent les chercheurs. «Nous avons tous été très surpris et perplexes qu'il y ait eu un nombre important de cas de cette infection que nous n'avions pas vus avant», explique la Dre Katherine Doktor, co-autrice de l'étude. 

Cette concentration accrue de ce type de bactérie serait, d'après les auteurs de l'étude, directement liée au réchauffement climatique, qui provoque «des saisons estivales plus longues et des altérations dans la quantité, la distribution et les fenêtres saisonnières des bactéries.»

«Vibrio vulnificus préfère les eaux plus chaudes et saumâtres, c'est pourquoi des températures de mer plus chaudes dans notre région influeraient sur la présence de cette espèce bactérienne», explique Madeline King, professeure adjointe de pharmacie clinique à l'université des sciences de Philadelphie et autrice principale de l'étude.

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles