Le moineau cisalpin sous haute surveillance

uc, ats

10.12.2020 - 12:42

C’est surtout au Tessin que l’on retrouve le moineau cisalpin en Suisse. Le mâle se distingue du mâle du moineau domestique à sa calotte entièrement rousse et ses joues blanches. On ne peut pas différencier les femelles des deux espèces.
ATS

Le moineau domestique a un parent proche, le moineau cisalpin, qui niche en Suisse uniquement au sud. Dans le cadre d'un nouveau projet, la Station ornithologique suisse souhaite améliorer le suivi des effectifs de ce moineau menacé à l’international.

Il existe en Suisse six espèces de moineaux, dont quatre nicheuses. Ceux que l'on observe le plus fréquemment dans les villes sont des moineaux domestiques. À la campagne, on trouve des moineaux friquets. En hiver, il est également possible de les voir dans les jardins et autour des mangeoires.

S’ils ressemblent aux moineaux domestiques, ils se différencient entre autres à leurs joues blanches et au point noir typique sur celles-ci. Au contraire du moineau domestique, chez cette espèce, le mâle et la femelle sont identiques, a indiqué jeudi la Station ornithologique suisse dans un communiqué.

Une troisième espèce vient brouiller les cartes: le moineau cisalpin, qui remplace le moineau domestique en Italie et au Tessin, mais qu’on peut également retrouver en Valais et dans les Grisons. D’apparence semblable au moineau domestique, le mâle se reconnaît à son dessus de tête brun et à ses joues plus claires. Après avoir été le sujet de débats taxonomiques, il est désormais considéré comme une espèce distincte depuis plusieurs années.

Le moineau cisalpin est catégorisé comme vulnérable sur la liste rouge mondiale, avec des reculs localisés susceptibles d’atteindre 50% en Italie. En Suisse, la population va pour l’instant mieux, mais la tendance est la même qu’en Italie, d'après le communiqué.

Projet de suivi

C’est pourquoi il est important de le garder à l’œil dans le canton du Tessin. Un nouveau projet de suivi à long terme du moineau cisalpin lancé cette année doit permettre d'améliorer la surveillance de cette espèce en Suisse.

Les causes possibles de ce déclin potentiel sont la perte de ressources alimentaires due à l’utilisation de pesticides et de possibilités de nidification dans les zones urbaines à la suite de la rénovation des vieux bâtiments et à l’architecture moderne des nouvelles constructions. La diminution des espaces verts peut également être mise en cause.

Outre les trois espèces précitées, on trouve encore en Suisse la niverolle alpine, espèce emblématique des montagnes. De même que le moineau soulcie, un moineau méditerranéen qui n’a été observé que quatre fois chez nous, et le moineau espagnol, dont la première et seule observation a eu lieu en 2019.

Par ailleurs, il arrive que le moineau domestique et le moineau cisalpin s'hybrident, écrit encore la Station ornithologique. Seuls les mâles sont identifiables chez les moineaux hybrides, à leur calotte souvent gris-brun et leurs joues grisâtres, de manière plus ou moins affirmée selon les individus.

Retour à la page d'accueil

uc, ats