Le CO2 en baisse de 50% grâce à la réduction du trafic aérien

Relax

4.1.2022 - 14:45

Bonne nouvelle pour la planète : les rejets de dioxyde de carbone dans l'atmosphère ont été divisés par deux l'année dernière dans le ciel européen. La raison ? Un nombre de vols drastiquement en baisse, sous l'effet de la crise sanitaire qui a imposé une fermeture des frontières et a engagé moins de voyageurs à plier bagage. 

Le trafic aérien européen a chuté de 45,3% entre 2019 et 2021.
andresr / Getty Images

Relax

4.1.2022 - 14:45

En 2021, 6,2 millions de vols ont été opérés dans le ciel européen. En comparaison à 2019, qui vaut pour année de référence puisque 2020 correspond au déclenchement de la crise sanitaire, le trafic aérien a chuté de 45,3%.

En France, cette situation a permis de faire baisser de 48,3% les émissions de CO2. Mais c'est en Finlande que l'on a relevé le meilleur score : 68,3%. Ces données ont été calculées par Eurocontrol, une organisation européenne qui travaille à la sécurité de la navigation au sein de l'espace aérien de l'Union. En Suède, mais aussi au Royaume-Uni, en Irlande, en Autriche, en Hongrie ou encore en République tchèque, la baisse du trafic aérien a permis de réduire de plus de 60% les rejets de dioxyde de carbone. 

Les vols longs-courriers, c'est-à-dire ceux qui ont parcouru plus de 1.500 km, ont été responsables de près des trois quarts des émissions de CO2 : 74,9% précisément. Pourtant, ils n'étaient que 28,5% à prendre leur envol. Pour se donner un ordre d'idée, les très court-courriers qui ne volent pas plus loin que 500 km n'ont généré que 4,1% d'émissions de CO2. 

Relax