Présidentielle américaine

A Washington, les pro-Trump toujours convaincus de leur victoire

ATS

12.12.2020 - 20:54

Une marée de casquettes rouges «Make America Great Again» a envahi samedi Washington pour réclamer «quatre ans de plus» de présidence Trump. Les partisans du président ont dénoncé encore, sans preuves, des «fraudes massives» à la présidentielle.

Parmi les différents cortèges, la milice d'extrême droite "Proud Boys", reconnaissable aux tenues jaunes et noires et gilets pare-balles de ses membres, a régulièrement été acclamée par la foule.
ATS

En dépit d'un ultime revers cinglant la veille à la Cour suprême, les partisans de Donald Trump demeurent farouchement convaincus de sa victoire au scrutin de novembre. Dans une ambiance festive, plusieurs milliers d'entre eux se sont rassemblés sur Freedom Plaza, à quelques encablures de la Maison Blanche.

«On ne va rien lâcher», promet Luke Wilson, sexagénaire de l'Idaho, brandissant un drapeau défendant le port d'armes aux Etats-Unis. Une «ingérence étrangère», un logiciel électoral qui aurait effacé des millions de votes destinés au président... Les militants énumèrent les raisons pour lesquelles l'élection leur a été «volée».

«Le peuple américain est victime d'une grande injustice», assure à l'AFP Dell Quick, un habitué des meetings du milliardaire républicain, pour qui l'élection du démocrate Joe Biden paraît «complètement impossible».

«Trump 2024»

Faute d'éléments tangibles pour étayer les accusations de «fraudes massives», la cinquantaine de plaintes déposées par les alliés de Donald Trump à travers les Etats-Unis ont toutes, à une exception près, été rejetées par les tribunaux ou abandonnées.

Tous les Etats ont formellement certifié leurs résultats, donnant la victoire à Joe Biden, et les grands électeurs doivent enregistrer leur vote lundi pour la valider.

Darlene Denton, un badge «Trump 2024» sur son sweat-shirt, n'en démord pas. «Personne ne veut écouter les preuves», peste cette femme de 47 ans, entre deux tubes country. Elle est venue tout droit du Tennessee proférer son amour pour ce dirigeant qui a donné, selon elle, «une voix» au peuple américain.

Le président lui-même refuse toujours de concéder sa défaite face à Joe Biden.

«Proud Boys»

«Wow! Des milliers de personnes se rassemblent à Washington pour empêcher qu'on nous vole l'élection», a-t-il salué samedi sur Twitter, avant que son hélicoptère ne survole la foule entonnant l'hymne américain.

Parmi les différents cortèges, la milice d'extrême droite «Proud Boys», reconnaissable aux tenues jaunes et noires et gilets pare-balles de ses membres, est régulièrement acclamée par la foule.

«Les nazis dehors!»: à quelques rues de là, des militants du mouvement Black Lives Matter ("les vies noires comptent") invectivent les pro-Trump.

Retour à la page d'accueil

ATS