"Sur la bonne voie"

Alain Berset envisage la fin du certificat Covid en Suisse

ot, ats

22.1.2022 - 06:55

Alain Berset laisse entrevoir la fin de l'obligation du pass Covid (archives).
ATS

L'obligation de présenter le pass Covid pourrait bientôt être supprimée en Suisse. «La période du certificat semble toucher à sa fin», a déclaré le ministre de la santé Alain Berset dans une interview publiée samedi dans le journal «Schweiz am Wochenende».

ot, ats

22.1.2022 - 06:55

Si la situation sanitaire évolue favorablement, le Conseil fédéral «pourrait, dans les prochaines semaines, transformer l'obligation de télétravail en recommandation et supprimer la quarantaine», a-t-il ajouté. Le gouvernement a décidé mercredi de maintenir ces deux mesures jusqu'à fin février. Les autres mesures sont en vigueur au moins jusqu'à fin mars.

En Suisse, les certificats Covid sont utilisés depuis juillet dernier et permettent d'attester qu'on est vacciné, testé ou guéri. Par cette mesure, le gouvernement souhaite endiguer la propagation du coronavirus et prévenir les cas graves de maladie en limitant l'accès à certains lieux. En automne, avant la votation sur la loi Covid, l'utilisation des certificats et leur acceptabilité ont fait l'objet de débats dans la société.

Dans le journal alémanique, le conseiller fédéral socialiste s'est montré modérément optimiste: «Je pense que nous sommes sur la bonne voie, mais le virus s'est déjà révélé imprévisible à plusieurs reprises».

«Brutalité insoupçonnée»

Deux ans après le début de la pandémie, le ministre a avoué n'avoir «jamais pensé pouvoir supporter une telle situation». La crise a été d'une «brutalité insoupçonnée». Il a été confronté à une «énorme pression de la responsabilité», aux attentes de la population et à une charge de travail bien supérieure à celle habituelle.

Pour le Fribourgeois, le pire jour de la crise a été celui «où nous avons dû fermer les écoles». «On ne peut imaginer pire pour une société que d'impacter négativement les possibilités de formation et l'égalité des chances des enfants».

Mais le Conseil fédéral n'avait pas d'autre choix après que les pays voisins et certaines communes du pays ont fermé leurs établissements scolaires. «Heureusement, cela n'a duré que quelques semaines au final, bien moins longtemps que dans d'autres pays.»

ot, ats