Berne doit davantage dépister le coronavirus

ATS

18.4.2020 - 11:25

Des tests sérologiques permettraient de tirer des conclusions quant au taux d'immunité de la population.
Source: KEYSTONE/AP/Andrew Harnik

La Confédération devrait massivement intensifier le dépistage du coronavirus, demande une commission du National. En outre, des tests sérologiques représentatifs de l'ensemble de la population permettraient de mieux surveiller l’évolution de l'épidémie.

La Confédération doit mettre en place les mesures nécessaires pour que des tests réguliers et représentatifs soient effectués sur l'ensemble de la population, dès lors que les capacités le permettront, demande samedi la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national. Cette dernière s'est entretenue avec les conseillers fédéraux Guy Parmelin et Alain Berset.

Surveiller le taux d'immunité

Les critères restrictifs qui sont actuellement appliqués pour décider si une personne peut être testée doivent être revus et adaptés, poursuit la commission. Il faut que les tests puissent être accessibles à toute personne ayant des symptômes suggérant une infection au coronavirus.

De même, des tests sérologiques représentatifs devront être menés auprès de l’ensemble de la population dès qu’ils seront disponibles. Ils permettront de mieux surveiller l'évolution de l’épidémie et de tirer des conclusions quant au taux d'immunité de la population.

La commission de la santé suggère par ailleurs à la Confédération de mettre en place un système efficace de traçage pour pouvoir remonter rapidement les chaînes de contamination et les briser. Il s'agit toutefois de garantir le respect de la protection des données.

Afin de protéger l'économie suisse, la Confédération doit par ailleurs garantir la disponibilité de matériel de protection pour les entreprises qui ne seraient sans cela pas autorisées à exercer leur activité. Si ce matériel n'est pas disponible en quantités suffisantes, les entreprises subiraient un nouveau dommage en n'étant pas autorisées à ouvrir.

Pas de discrimination

La commission demande également au Conseil fédéral de modifier son ordonnance pour corriger la discrimination que subissent les PME du commerce de détail par rapport à la grande distribution.

L'assouplissement prévoit pour l'heure que les grands distributeurs pourront, dès le 27 avril, vendre à nouveau des biens de consommation courante et d'autres marchandises dans leurs magasins d'alimentation. Les autres magasins et marchés ne pourront eux rouvrir que le 11 mai.

La commission demande par ailleurs au gouvernement et aux cantons de trouver une solution pour assurer la survie des crèches et d'y participer financièrement. Elle soutient les deux motions déposées à ce sujet par des commissions du Conseil national et des Etats.

Dividendes

Elle invite par ailleurs le Conseil fédéral à élaborer une réglementation interdisant aux entreprises à partir d'une certaine taille recourant à la réduction de l'horaire de travail de verser des dividendes cette année et l’année prochaine, comme c'est le cas pour les entreprises qui demandent des cautionnements solidaires dans le cadre de la crise du coronavirus.

Une réglementation similaire devrait également s'appliquer aux entreprises ayant décidé de verser, ou qui ont déjà versé un dividende durant l’année en cours.

Crédits approuvés

La commission soutient à l'unanimité le versement de 6 milliards de francs visant à étendre, dans l'assurance-chômage, les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail. Elle approuve en outre le montant de 5,3 milliards de francs destiné à compenser les pertes de gain dues à la crise.

Toutefois, elle recommande au Conseil fédéral d'examiner comment éliminer un effet de seuil lié au fait que les indépendants indirectement concernés par les mesures sanitaires n'ont droit à une allocation pour perte de gain que si leur revenu ne dépasse pas 90'000 francs.

Par 20 voix contre 3, la commission soutient les 2,45 milliards de francs prévus pour l’achat de matériel sanitaire. Toutefois, les 396 millions de francs compris dans cette somme, destinés à l'achat de 330 millions de masques pour la population, devraient si possible être achetés un prix inférieur.

Les 130 millions de francs servant à acquérir des médicaments contre le Covid-19 n'ont pas été contestés. Par 15 voix contre 5 et 2 abstentions, la commission s’est par ailleurs prononcée pour une contribution de 10 millions de francs en faveur d'une coalition internationale visant à développer des vaccins contre le coronavirus.

Les images du jour

Retour à la page d'accueil

ATS