Investissements

La caisse de pension jurassienne devra «décarboniser» 

lp, ats

1.9.2021 - 14:28

Le Parlement jurassien a accepté mercredi une motion des Verts demandant de «décarboniser» les investissements de la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura (CPJU). Le texte vient renforcer une pratique déjà engagée par l'institution de prévoyance.

lp, ats

1.9.2021 - 14:28

Selon l'exécutif cantonal, la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura (CPJU) est déjà engagée sur la voie de la décarbonisation de ses investissements (archives).
Selon l'exécutif cantonal, la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura (CPJU) est déjà engagée sur la voie de la décarbonisation de ses investissements (archives).
ATS

La motion, déposée par le député vert Ivan Godat, a été avalisée sans débat par 43 voix sans opposition et 4 abstentions. Elle demandait au Gouvernement de donner à ses représentants au sein du conseil d'administration de la CPJU des consignes «claires et concrètes», afin qu'elle s'engage dans une stratégie de décarbonisation de son portefeuille d'actions.

Selon Ivan Godat, la CPJU, qui affiche un volume d'investissements d'un milliard de francs, accuse un retard important dans le domaine. Le texte a reçu le soutien de l'exécutif cantonal, par la voix de la présidente du Gouvernement Nathalie Barthoulot, en charge de l'intérieur, qui a précisé que le but était déjà concrétisé.

Motion pas classée

La caisse est engagée sur la voie souhaitée, a-t-elle dit. Elle a vendu l'an passé la totalité des placements en matières premières, contenant principalement du pétrole. De plus, l'institution a lancé une évaluation énergétique à destination de l'entier de son parc immobilier, dont les résultats sont attendus prochainement.

La CPJU est sensible aux questions environnementales, a estimé encore le Gouvernement jurassien. «Sa mission première étant de pouvoir servir les prestations réglementaires aux assurés, elle entend toutefois poursuivre sa politique de décarbonisation de manière pragmatique et raisonnable à moyen terme.»

L'exécutif proposait de classer la motion, en arguant qu'elle était réalisée. Ivan Godat s'y est opposé, souhaitant préalablement obtenir non seulement une stratégie mais aussi un calendrier. La voix de la présidente du Parlement, Katia Kaufmann (PS), a fait pencher la balance en faveur du non, le vote ayant donné 28 voix dans chaque camp et 1 abstention.

lp, ats