Clubs: quarantaine à Olten, mesures à Zurich

ATS

1.7.2020 - 18:06

Le coronavirus continue de sévir dans la vie nocturne et oblige Zurich à serrer la vis. A Olten (SO), 300 clients d'un club sont mis en quarantaine, après un test positif dont la chaîne d'infection remonte à la super-propagation du 21 juin à Zurich et Spreitenbach.

Le Terminus Club d'Olten a annoncé sur Facebook qu'un client présent samedi dernier avait été testé positif au coronavirus. Les responsables de ce restaurant-bar-discothèque ont remis la liste des personnes présentes aux autorités soleuroises qui ont ordonné mercredi dix jours de quarantaine aux clients contactés. Le club restera fermé ce week-end.

Testée positive mardi, la personne concernée a fréquenté différents bars, restaurants et clubs au cours du week-end dernier, indique mercredi la Chancellerie d'Etat soleuroise. Elle a été contaminée par un tiers dont l'infection remonte jusqu'au cas de super-propagation survenu dans un bar à Spreitenbach (AG) le week-end précédent. Ce même cas est lui-même sans doute lié à celui du club Flamingo à Zurich.

Après la super-propagation à Zurich

La semaine dernière, les autorités zurichoises ont ordonné la mise en quarantaine de 300 personnes, qui avaient été au contact d'un super-propagateur du virus le 21 juin au Flamingo. Il avait été testé positif quatre jours plus tard. Cinq visiteurs du club ont été infectés. Ils n'étaient pas inscrits sur la liste obligatoire des clients. Un tiers des hôtes inscrits ont, en outre, indiqué une fausse adresse électronique à l'entrée.

A Spreitenbach (AG), plus de vingt personnes ont été infectées dans un bar le même week-end. Les contaminations ont très certainement un lien avec le club zurichois, selon les autorités argoviennes. L'analyse des chaînes d'infection a montré que neuf des personnes infectées dans le club zurichois habitent dans le canton d'Argovie.

Identités, numéros et courriels vérifiés

Face aux infections et à l'indiscipline, le canton de Zurich a renforcé les contraintes imposées aux boîtes de nuit. Ces dernières devront désormais vérifier l'identité et les numéros de téléphones portables de leurs clients, en plus de l'inscription de leur adresse électronique.

Le nouveau règlement entre en vigueur vendredi, a annoncé mercredi la ministre de la santé Natalie Rickli (UDC) aux médias. Ce dernier complète les règles anti-coronavirus établies jusque-là, dont l'inscription obligatoire de l'adresse électronique des clients.

Dès le week-end à venir, un employé ou une personne chargée de la sécurité devra exiger de chaque client une pièce d'identité pour inscrire son nom et vérifier le nom mentionné dans l'adresse électronique. Le numéro postal de l'adresse géographique devra aussi être transmis.

Le «contrôleur» devra également vérifier la véracité des numéros de téléphones portables indiqués par les clients. Cette vérification peut aussi être réalisée en ligne lors de l'achat du billet d'entrée.

Patte blanche ou fermeture

Les noms du patron du club et de trois de ses employés devront être transmis aux autorités afin qu'elles puissent les contacter immédiatement en cas d'infection. Ils auront alors deux heures pour fournir la liste électronique des noms. En cas de transmissions d'adresses erronées, le canton se réservera le droit de fermer le club en question.

Dans le cas du Flamingo, où la super-propagation du 21 juin a eu lieu, les responsables du club devront montrer patte blanche jeudi, dans le cadre d'une vérification de la mise en oeuvre du nouveau règlement par les autorités. Si le dispositif ne convainc pas le canton, le club sera fermé, a souligné la ministre de la santé.

Nouveau cas à Zurich et inquiétude

En outre, un nouveau cas apparemment isolé a été annoncé mercredi sur Facebook par le club Plaza, à Zurich. L'un de ses clients présents vendredi a été testé positif. Le canton a entre-temps contacté les autres hôtes sans ordonner de mise en quarantaine, le nombre infime de personnes infectées (moins de trois) ne correspondant par à une super-propagation.

Le canton de Zurich a annoncé mercredi le recensement de 39 nouveaux cas de coronavirus, un record depuis la mi-avril. «Je suis inquiète», a confié la médecin cantonale ad interim Christiane Meier qui s'attend à une cinquantaine de nouveaux cas d'ici à jeudi.

Retour à la page d'accueil