Mort annoncée des distributeurs de billets

Comment feront ceux qui n'ont pas de natel?

mmi

6.12.2022

D'abord, les guichets ont baissé le rideau, bientôt ce sera au tour des distributeurs automatiques de billets : d'ici 2035, ils devraient disparaître car ils sont trop chers et trop peu utilisés. Mais que signifie cette décision pour ceux qui n'ont pas de téléphone portable ? Ce n'est toujours pas clair...

Trop chers, trop peu utilisés : les distributeurs automatiques de tickets vont être progressivement abandonnés.
Trop chers, trop peu utilisés : les distributeurs automatiques de tickets vont être progressivement abandonnés.
KEYSTONE

mmi

6.12.2022

En 2035, c'est-à-dire dans douze ans, il sera possible d'acheter des billets de bus et de train uniquement par voie numérique. C'est ce qu'a confirmé Thomas Ammann, de l'association professionnelle des transports publics Alliance Swisspass, en réponse à une question de SRF.

La numérisation ne s'arrête pas au secteur des transports. Les distributeurs automatiques sont moins utilisés, car la vente de billets par téléphone portable et par ordinateur est en nette augmentation, a expliqué Thomas Ammann. La plupart des utilisateurs ne devraient donc pas remarquer ce changement progressif.

Et cela devrait également s'appliquer à la génération plus âgée, c'est-à-dire aux retraités par exemple, selon Peter Burri de Pro Senectute, qui a également déclaré à SRF : «Avec l'horizon temporel fixé par l'industrie, il est clair que tout le monde est pris en compte». L'objectif est donc que tout le monde puisse payer par téléphone mobile d'ici 2035.

Seul un retraité sur dix n'a pas de smartphone

M. Burri affirme également que la plupart des personnes âgées ont déjà trouvé leur voie dans le monde numérique. Sur les 1,8 million de retraités que compte la Suisse, seuls quelque 200 000, soit un peu plus d'un sur dix, n'ont toujours pas de téléphone portable ou de smartphone. Et la tendance est à la baisse.

Au cours des douze prochaines années, la proportion de retraités qui connaissent le web devrait continuer à augmenter, estime M. Burri : «beaucoup de ceux qui ont jusqu'à présent vécu leur vie quotidienne sans téléphone portable auront le temps d'apprendre à s'en servir ou bien ils mourront de vieillesse».

Pour que ce changement ne crée pas de problèmes, les CFF et Pro Senectute proposeront des cours pour initier ceux qui ne sont pas encore familiarisés avec le monde des smartphones.

L'appel de Pro Juventute : «N'oubliez pas les enfants»

Mais que dire des petits qui ne possèdent pas de smartphone en raison de leur âge? Jan Schlink, porte-parole de Pro Juventute, part du principe que les générations plus âgées auront moins de problèmes que les enfants. Selon la dernière étude, les enfants de 11 ans possèdent aujourd'hui déjà un smartphone. Cependant, les plus jeunes dépendent de quelqu'un d'autre pour pouvoir acheter un billet de transport.

Schlink ne peut pas imaginer comment un enfant de huit ans pourrait en acheter un tout seul en ligne. Mais à l'heure actuelle, il n'est pas encore possible de prévoir ce que sera la situation dans 12 ans. Il appelle donc à ne pas oublier les enfants pendant la transition.

Dans tous les cas, le secteur des transports publics promet que même les personnes qui n'ont pas de carte de crédit ou de smartphone pourront utiliser les transports publics. Mais comment cela sera-t-il possible après la disparition des distributeurs de billets... il n'y a toujours pas de réponse claire à cette question.