Coronavirus: la vie en Suisse transformée

ATS

13.3.2020 - 16:08

Simonetta Sommaruga.
Source: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Interdictions de réunions de plus de 100 personnes, fermeture de toutes les écoles, aide d'urgence de 10 milliards pour l'économie et réintroduction des contrôles à toutes les frontières. Le Conseil fédéral a pris vendredi des mesures drastiques contre le coronavirus.

Afin d’empêcher les contaminations et de freiner la diffusion du virus, la population doit garder ses distances, justifie le gouvernement. Les écoles obligatoires, les gymnases, les hautes écoles et les centres de formation seront fermés jusqu'au 4 avril. Des services de garde pourront être proposés pour les enfants du primaire.

La mesure vise à éviter que les grands-parents gardent les enfants. Ces derniers font souvent partie des groupes particulièrement vulnérables et doivent être protégés. Les examens déjà agendés pourront quant à eux avoir lieu moyennant certaines mesures de protection.

50 dans les bars

Les réunions de plus de 100 personnes sont interdites en Suisse au moins jusqu'à fin avril. Les bars, restaurants et discothèques ne pourront accueillir plus de 50 personnes à la fois.

Les cantons pourront prévoir des exceptions en cas d'intérêt public prépondérant comme des assemblées générales. La règle des 100 personnes vaut aussi pour les centres de loisirs, les musées, les centres sportifs, les piscines et les stations de ski. Les manifestions réunissant moins de 100 personnes doivent elles aussi prévoir des mesures de protection.

Soutien à l'économie

La Confédération va mettre jusqu'à dix milliards de francs à disposition de l'économie ralentie par le coronavirus. Cette aide interviendra rapidement et sans bureaucratie inutile. Il importe en priorité de verser les salaires.

Pour l’indemnisation du chômage partiel, il est possible de puiser jusqu’à 8 milliards de francs dans le fonds de l’assurance-chômage. Le délai de carence est réduit à un jour à partir de vendredi jusqu'au 30 avril. Les entreprises n'auront ainsi qu'un jour d'arrêt de travail à supporter elles-mêmes.

Le Conseil fédéral examine la possibilité d’accorder un soutien financier pouvant aller jusqu’à un milliard de francs aux entreprises particulièrement touchées. Ce soutien doit leur permettre de disposer des liquidités nécessaires le temps de la crise.

Les PME en difficulté financière peuvent bénéficier dès maintenant de crédits bancaires garantis par cautionnement d’un montant total de 580 millions de francs. 10 millions de francs doivent en outre être accordés aux organisations de cautionnement pour couvrir leurs frais administratifs exceptionnels.

Sport et culture

Un soutien est prévu pour le sport et la culture. Pour les organisations sportives bénévoles, une contribution à fonds perdu de 50 millions de francs va être débloquée.

Le Conseil fédéral entend par ailleurs accorder des prêts remboursables sans intérêts aux milieux professionnels des sports d’équipe. Jusqu’à 50 millions de francs sont également prévus pour cette mesure.

Pour le secteur culturel, le Conseil fédéral entend également mettre des fonds supplémentaires à disposition. Le Département de l'intérieur élabore un projet de loi limité dans le temps. Le Conseil fédéral souhaite éviter que certaines manifestations soient menacées de disparition.

Frontières

Le gouvernement a par ailleurs décidé de réintroduire, avec effet immédiat et au cas par cas, des contrôles Schengen à toutes ses frontières. Les restrictions seront particulièrement renforcées depuis l'Italie. Seuls les citoyens suisses, les personnes disposant d'un permis de séjour et celles venant travailler seront autorisées à entrer en Suisse.

Le transit et le transport de marchandises resteront autorisés. Le Conseil fédéral reprend ainsi telles quelles les mesures mises en place par le gouvernement italien.

Décision conforme à l'accord de Schengen

«Nous ne voulons pas que les Italiens viennent se faire soigner dans les hôpitaux au Tessin, dans les Grisons ou en Valais. Les hôpitaux suisses doivent fonctionner pour nos patients», a justifié la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter.

Cette décision est conforme à l'accord de Schengen et aux dispositions de la libre-circulation des personnes. Berne a averti Bruxelles. Le transit vers un autre pays via la Suisse restera possible.

Les requérants d'asile ne constituent pas une menace particulière et ne doivent pas être traités différemment des autres. Ils peuvent toujours demander l'asile en Italie. Ce pays ne pourra par ailleurs pas transférer de personnes vers la Suisse dans le cadre du règlement de Dublin.

Le Conseil fédéral est conscient que les mesures prises auront de lourdes conséquences pour l'économie suisse, a expliqué le conseiller fédéral Guy Parmelin. Il a donc prévu une aide d'urgence et d'autres mesures de soutien s'y ajouteront dans les prochaines semaines. Une Task Force Covid-19 va être mise sur pied au sein de son département en y intégrant la BNS pour évaluer l'impact de l'épidémie sur l'économie.

Le Conseil fédéral en appelle à la responsabilité des Suisses

Le Conseil fédéral en appelle à la responsabilité de toute la population. La vie sociale doit être ralentie pour ralentir la propagation du virus. Il faut absolument que la population joue le jeu, sinon cela ne fonctionnera pas, a averti Alain Berset.

«La situation est difficile, mais on a les moyens de la maîtriser sur le plan médical et financier», a déclaré la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. Le Conseil fédéral a pris une série de mesures exceptionnelles qui toucheront toute la société. «Nous ne vous laissons pas tomber», a-t-elle dit. Le but est de ralentir la propagation de l'épidémie.

Les écoles ne seront pas forcément fermées, elles ne pourront simplement plus donner de cours, a précisé Alain Berset à la presse. Le Conseil fédéral est conscient qu'il est plus difficile de mettre sur pied de l'enseignement à distance à l'école primaire qu'à l'université. Mais il faut "tout faire pour éviter le mélange des générations" et protéger les personnes les plus vulnérables.

Rester en Suisse

Le Conseil fédéral invite aussi à renoncer aux voyages "non urgents" à l'étranger. La population doit par ailleurs éviter le plus possible les transports publics. La situation évolue tous les jours, mais il ne faut pas paniquer.

Fermeture des domaines skiables

es domaines skiables devront fermer, a annoncé vendredi Alain Berset. C'est la seule manière de mettre en oeuvre l'interdiction des manifestations de plus de 100 personnes.

Les mesures du Conseil fédéral n'incluent en revanche pas la fermeture des crèches. La question est difficile, mais elle relève des cantons, a rappelé le ministre de la santé Alain Berset. A eux de prendre la décision qui s'impose selon leur situation.

Les parents qui travaillent n'ont que peu de temps d'ici lundi pour trouver une solution de garde pour leurs enfants, a reconnu la présidente de la Confédération. Il faudra être créatif, c'est le moment de faire preuve de solidarité, les voisins ou des étudiants peuvent peut-être donner un coup de main, a ajouté Simonetta Sommaruga.

Les décisions prises vendredi doivent aussi être prises comme un signal. Notamment les plus jeunes doivent se rendre compte que ce n'est plus le moment d'aller faire la fête en soirée, a relevé le conseiller fédéral. Il s'agit d'être solidaire pour ne pas contaminer les personnes plus vulnérables.

Alors que le nombre de cas a dépassé le millier, la Suisse a cessé de tester tous les cas suspects, mais elle reste l'un des pays qui effectue le plus de dépistages, avec plus de 2000 tests par jour.

Retour à la page d'accueil