Début de la vaccination à partir du 4 janvier

ro, ats

19.12.2020 - 14:18

La Suisse pourra commencer à vacciner encore en décembre les personnes vulnérables de manière ciblée. Puis, à partir du 4 janvier 2021, la vaccination des groupes à risque et d'autres groupes prioritaires commencera dans toute la Suisse, indique samedi l'OFSP.

L'agence américaine du médicament (FDA) a ouvert la voie mardi à une autorisation du vaccin de Moderna aux Etats-Unis.
La Suisse pourra commencer à vacciner encore en décembre les personnes vulnérables de manière ciblée. Puis, à partir du 4 janvier 2021, la vaccination des groupes à risque et d'autres groupes prioritaires commencera dans toute la Suisse, indique samedi l'OFSP.
AFP

Le vaccin de Pfizer/BioNTech, qui vient de recevoir l'autorisation de Swissmedic, convient à tous les adultes sans restriction d'âge et dès 16 ans. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) doivent publier dans les jours à venir leurs recommandations de vaccination détaillées.

La Confédération a commandé trois millions de doses à Pfizer et BioNTech. Le vaccin sera livré en plusieurs étapes: un premier lot comprendra environ 100'000 doses; des livraisons plus importantes seront ensuite effectuées.

L'armée réceptionnera les vaccins, les entreposera à -70°C dans ses installations protégées, puis les distribuera aux cantons peu avant le début de la vaccination. Les cantons pourront ensuite conserver le vaccin au maximum cinq jours au réfrigérateur (entre 2 et 8°C).

La plupart d'entre eux mettront en place des centres de vaccination et des équipes mobiles. Dans un premier temps, la vaccination devrait s'effectuer principalement avec des équipes mobiles, compte tenu de la quantité encore limitée de vaccins disponible.

Groupes prioritaires

La stratégie nationale prévoit de vacciner en priorité les personnes vulnérables, c'est-à-dire les personnes âgées et celles présentant une maladie préexistante. Viennent ensuite le personnel de santé (deuxième priorité) et les personnes vivant avec des personnes vulnérables (troisième priorité).

Puis les résidents et le personnel des institutions communautaires présentant un risque accru d'infections et de flambées (par exemple les institutions pour personnes handicapées). Tous les autres adultes pourront se faire vacciner dès que suffisamment de doses seront disponibles.

Les enfants et les femmes enceintes ne font pour l'instant pas partie des groupes-cibles de la stratégie, car les résultats d'études nécessaires ne sont pas encore disponibles pour ces groupes.

Chaque personne devra recevoir deux vaccinations, espacées d'environ trois semaines. La vaccination sera gratuite et non obligatoire, rappelle l'OFSP. La Confédération mise sur une information transparente et claire de la population.

Retour à la page d'accueil

ro, ats