Depuis dix ans, c'est la 1ère fois que les hospitalisations baissent

st, ats

19.11.2021 - 15:22

La pandémie de coronavirus a laissé des traces dans le système de santé suisse en 2020. Pour la première fois depuis dix ans, le nombre de personnes hospitalisées a diminué l'an dernier. Le nombre de patients a toutefois augmenté en ambulatoire.

st, ats

19.11.2021 - 15:22

Entre février et décembre 2020, 36'244 hospitalisations liées à un diagnostic confirmé de Covid-19 ont été dénombrées (archives).
ATS

La baisse du nombre de personnes hospitalisées en stationnaire a été de 5,8% l'an dernier, selon les dernières données de l'Office fédéral de la statistique (OFS), publiées vendredi. Ce recul s'explique par l'interdiction de réaliser des traitements non urgents, décrétée par la Confédération au printemps 2020, pendant la première vague de la pandémie, précise l'organisation nationale des hôpitaux H+.

Les hôpitaux et les cliniques ont également dû soigner beaucoup de personnes atteintes du Covid-19. Ils ont donc été contraints de reporter, voire d'abandonner des interventions électives sur des patients ne souffrant pas du coronavirus.

Par rapport à 2019, les journées de soins ont diminué de 4,5%, pour un total de 11'094'844, précise l'OFS. Dans les hôpitaux de prise en charge centralisée, le recul de 7,6% a été particulièrement marqué. Les journées de soins ont en revanche augmenté dans les cliniques psychiatriques (+1,3%) et de réadaptation (+0,9%).

Davantage de patients en ambulatoire

Dans le secteur ambulatoire, le nombre total de consultations a reculé pour la première fois depuis 2015 (-3,1%). Le taux de croissance du nombre de patients a en revanche largement dépassé celui de l'année précédente (+5,3%, contre +2,7%).

Cette évolution est due en partie au nombre élevé de personnes ayant reçu uniquement des prestations liées au nouveau tarif pandémie, à l'occasion d'un dépistage en particulier, explique l'OFS. Une grande part de ces personnes (42,5%) ont entre 20 et 39 ans.

Selon H+, le rattrapage d'interventions reportées contribue aussi à expliquer cette augmentation. La faîtière rappelle toutefois que ce secteur est de manière générale en augmentation, en raison de l'évolution démographique, du transfert croissant d'interventions vers l'ambulatoire et d'une demande plus forte de la population.

En ne tenant pas compte des personnes ayant reçu uniquement des prestations en lien avec le tarif spécifique de la pandémie, le nombre total de patients a augmenté moins rapidement que l’année précédente (+1,9%), note l'OFS.

Le plus d'hospitalisations au Tessin

Entre février et décembre 2020, 36'244 hospitalisations liées à un diagnostic confirmé de Covid-19 ont été dénombrées. Le Tessin a connu le taux le plus élevé, avec 79 cas pour 10'000 habitants. Dans l'ensemble du pays, le proportion d'hommes et de femmes s'élève respectivement à 57% et 43% et l'âge moyen à 68 ans.

En soins aigus somatiques, un traitement en soins intensifs a été nécessaire pour 4765 hospitalisations (13% des cas). Le taux de mortalité s’est chiffré à 26%, contre 8% pour les cas non Covid. Au total, 4551 personnes décédées dans les hôpitaux avaient été testées positives au coronavirus. L'âge moyen des personnes décédées était de 80 ans.

La proportion de patients atteints par le coronavirus était de 2,9% dans les soins somatiques aigus. Par rapport au nombre de jours de soins, ce chiffre atteint 4,2%.

Lors d'hospitalisations liées au Covid, le diagnostic le plus fréquent était la pneumonie. Viennent ensuite la septicémie, la fièvre et la toux. L'an dernier, 60'262 pneumonies ont été enregistrées, dont 42% en lien avec le coronavirus. Alors que les années précédentes, le taux de décès des personnes atteintes de pneumonie était d'environ 10%, cette proportion grimpe à 15% dans les cas d'infection au Covid.

Coûts en hausse

En 2020, les coûts des prestations hospitalières ont augmenté de 1,7%, pour un total de 19,4 milliards de francs. Ceux des prestations ambulatoires ont grimpé de 3,1%, pour atteindre 8,7 milliards. En raison du recul du nombre d'hospitalisations, les coûts par cas ont grimpé de 7,3%, pour atteindre 14'180 francs.

Selon H+, l'interdiction pendant six semaines de réaliser des traitements non urgents, a représenté à elle seule des coûts de 0,9 à 1,1 milliard de francs.

En fin d'année dernière, le secteur hospitalier occupait 228'800 personnes en Suisse, soit une hausse de 3,5%. Le personnel de l'administration a connu la plus forte croissance (+5,5%), suivi du corps médical (+4,6%) et du personnel soignant (+3,4%).

Les statistiques de l'OFS se basent sur les données de 276 établissements, qui se répartissent sur 574 sites dans toute la Suisse.

st, ats