Fête du Travail

Des milliers de personnes ont défilé en Suisse dimanche

ll, ats

1.5.2022 - 14:12

Les traditionnelles manifestations du 1er Mai ont rassemblé dimanche des milliers de personnes en Suisse. A Zurich, quelque 12'000 participants ont répondu à l'appel des syndicats, avec l'actualité en Ukraine au centre des revendications.

ll, ats

1.5.2022 - 14:12

C'est dans la cité des bords de la Limmat qu'était attendu le plus grand rassemblement de cette journée du 1er Mai, indique dimanche l'Union syndicale suisse (USS). Des actions étaient prévues dans 50 localités à travers tout le pays, à l'initiative de la faîtière.

Sous le slogan «Paix, liberté, solidarité», la guerre en Ukraine a été au centre des discours. Les militants syndicaux ont appelé à ce que la Suisse fasse son maximum pour soutenir la population civile ukrainienne, et soit une terre d'accueil pour les réfugiés.

En campagne pour les rentes

Les revendications syndicales classiques ont aussi eu leur tribune. A Zurich, le président de l'USS Pierre-Yves Maillard a réitéré ses exigences pour l'amélioration du pouvoir d'achat des travailleurs et des retraités. Le retour de l'inflation et la menace d'une hausse brutale des primes-maladie appellent, selon lui, à une action rapide.

Des exigences reprises à Langenthal (BE) par l'économiste en chef de l'USS, Daniel Lampart. A Granges (SO), la première secrétaire adjointe de l'USS Gabriela Medici a défendu la 13e rente AVS et la situation des femmes, «dont les rentes sont toujours inférieures d'un tiers à celles des hommes».

En vue de la campagne contre AVS 21, l'USS a encore appelé à parer «les attaques de la droite et du centre contre les rentes». Ses représentants ont fustigé les projets de la majorité parlementaire dans le domaine de l'AVS et du 2e pilier.

Petit défilé à Lausanne

Environ 500 personnes ont défilé sous le soleil dans les rues de Lausanne. Les thèmes abordés étaient divers: luttes contre les inégalités et pour le climat, pour la liberté syndicale, ainsi que pour de meilleurs salaires et rentes. La retraite à 65 ans pour les femmes, «c'est toujours non», ont scandé les manifestants.

A Bâle, près de 1500 personnes se sont rassemblées pour une manifestation du 1er Mai là aussi bigarrée. Outre les syndicats, des groupes de sans-papiers ainsi que des mouvements de la grève des femmes et du climat se sont joints au cortège, a constaté sur place l'agence Keystone-ATS.

Quatre heures par jour

Réunie à La Roche (FR) la veille du 1er mai, l'assemblée des délégués de la Jeunesse socialiste suisse (JS) a quant à elle adopté un papier de position sur le thème du travail. Le parti aspire à ce que les gens doivent moins travailler et puissent vivre de leur salaire, indique-t-il dimanche dans un communiqué.

Concrètement, la JS propose que chacun consacre au maximum 4 heures par jour au travail rémunéré, et le reste de la journée aux «autres formes» de travail, comme les soins ou l'engagement politique. En outre, elle exige à moyen terme l'interdiction des stages obligatoires avant l'apprentissage.

ll, ats