Ce qu’il faut savoir sur les hyménoptères

Julia Käser

21.9.2020 - 11:17

Le grand nombre de guêpes au niveau régional cette année s’explique par un printemps relativement doux.
Keystone

En ce moment, elles perturbent tous les soupers agréables pris sur le balcon. Elles? Les guêpes. Que peut-on faire contre ces nuisibles jaune et noir? Peut-on détruire leurs nids sans soucis? Un spécialiste nous éclaire.

A vrai dire, on connaît tous cette situation: à peine attablés à l’extérieur, les tranches de melon et la viande sont encerclées par des guêpes avides. Cette année, les hyménoptères jaune et noir semblent être plus agressifs et nombreux que d’habitude – c’est du moins l’impression de pas mal de gens.

Dans le canton de Zurich en tout cas, les guêpes causent effectivement plus de problèmes que les années précédentes. Le nombre d’interventions des secours faisant suite à des piqûres de guêpes y a été exceptionnellement élevé le mois dernier.

Alors qu’en juillet 2018, 83 interventions pour «réaction allergique» ont été effectuées en tout et 79 au total en 2019, 139 signalements de ce type ont été reçus par les numéros d’urgence le mois dernier. La cause en était toujours la piqûre de guêpes ou de frelons.

Il en va autrement dans la région de Berne. Pour les services de protection et de sauvetage de Berne, les interventions dues aux piqûres de guêpes dans la région de Berne, Frauenkappelen et Bremgarten ne sont pas sorties du cadre habituel et sont relativement stables par rapport à l’année dernière.

Ces informations coïncident avec l’avis de Hannes Baur, le conservateur de la collection entomologique au musée d’histoire naturelle de Berne. «Les guêpes font partie de l’été. Dans la région de Berne, il n’y en a selon moi pas beaucoup plus cette année que d’habitude – contrairement à ce qui se passe à Zurich de toute évidence.» De telles disparités régionales existaient déjà en 2018.

Ce que l’on peut faire contre les guêpes gênantes à table

Selon cet expert, parler d’une «invasion de guêpes» de manière générale est faux pour d’autres raisons. «Il existe une vingtaine d’espèces de guêpes jaune et noir. Seules deux d’entre elles se jettent sur notre nourriture: la guêpe germanique et la guêpe commune.»

Si elles vous harcèlent, il ne faut en aucun cas faire des moulinets avec les bras. Si vous ne voulez pas vous défiler devant les guêpes, Hannes Baur recommande d’utiliser une tapette à mouches. Vous pouvez également essayer de les arroser avec de l’eau à l’aide d’un pulvérisateur – cette méthode est inoffensive en tout cas.

En revanche, ce n’est pas une bonne idée d’attirer les insectes avec des boissons sucrées pour qu’ils s’y noient: «La moitié des guêpes va se précipiter dessus et l’autre se jettera sur la nourriture.» La fumée est une solution efficace – bien qu’aussi gênante que les guêpes.

Le spécialiste Hannes Baur recommande d’utiliser une tapette à mouches lorsqu’on est harcelé par une guêpe. En revanche, les boissons sucrées ne sont pas d’une grande aide.
Keystone

Le grand nombre de guêpes au niveau régional cette année s’explique par un printemps relativement doux. En avril ou en mai (selon les conditions météorologiques), la reine guêpe fécondée s’attèle seule à la création d’une colonie, explique Hannes Baur. «Dès que les premières alvéoles sont construites, les premières ouvrières éclosent.» Celles-ci prennent le relais de la reine afin que cette dernière puisse se concentrer entièrement sur la ponte des œufs.

«S’il se produit une chute soudaine des températures en juin et qu’elle dure plusieurs jours, alors de nombreux nids meurent ou la croissance de la colonie est entravée.» Cela donne un été avec moins de guêpes qu’après un printemps d’une douceur continue.

Parole de spécialiste: les guêpes sont extrêmement utiles

D’après Hannes Baur, la guêpe germanique et la guêpe commune bâtissent de loin les plus grands nids, leurs colonies comptent environ 10 000 individus. Leurs nids se situent toujours dans des cavités, par exemple dans les caissons de store, dans un trou de souris élargi ou dans une boîte en bois.

Selon le spécialiste, ces nids doivent être détruits s’ils se trouvent dans votre jardin ou chez vous. «Il est préférable d’appeler un professionnel de la désinsectisation, qui dispose des vêtements de protection adaptés et connaît précisément les bonnes doses de poison», déclare Hannes Baur.

En outre, un professionnel de la désinsectisation sait où chercher les éventuels nids de guêpes et peut intervenir de manière préventive. C’est pourquoi, il déconseille de chercher à se débarrasser du nid par soi-même : «Le risque de se faire piquer plusieurs fois est grand.»

Il ne faut pas s’inquiéter pour les insectes qui meurent dans la destruction du nid, précise Hannes Baur. La guêpe germanique et la guêpe commune sont les espèces les plus courantes. La destruction de nids isolés n’a aucune incidence sur leur population dans leur ensemble, mais elle apporte un certain soulagement à proximité immédiate du site de nidification.

Il n’en va pas de même pour les nids en forme de ballon de foot ou de disque, qui se situent dans des endroits plus exposés. «Ces derniers sont construits par des guêpes saxonnes ou polistes, qui sont paisibles, tant qu’on laisse leur nid tranquille. Elles ne s’aventurent pas non plus du côté des tables de jardin et ne viennent pas déranger pendant les repas ni attaquer», explique Hannes Baur. Bien au contraire: ces guêpes sont utiles et intéressantes à observer.

«Les guêpes consomment des insectes herbivores, par exemple de nombreuses chenilles nuisibles. Elles jouent donc un rôle de régulateur et veillent à ce que les parasites ne mangent pas tout.» La conclusion de l’expert: Bien qu’elles puissent nous agacer, les guêpes pâtissent d’une bien trop mauvaise image.

A savoir en cas de piqûre de guêpe

Les personnes qui sont allergiques aux piqûres de guêpes doivent contacter les secours sans tarder, conseille le spécialiste. Pour les autres, les piqûres de guêpes – bien que douloureuses – ne sont pas dangereuses. Il est possible de soulager la douleur avec une pommade.

Retour à la page d'accueil