Fin définitive de l'opération policière 

sj, ats

1.4.2021 - 18:30

sj, ats

1.4.2021 - 18:30

La police vaudoise a mis jeudi un terme officiel à son engagement opérationnel sur la colline du Mormont. Tous les occupants de la ZAD ont été évacués à l'exception de deux personnes se trouvant encore dans un arbre. Quarante-cinq peines immédiates ont été prononcées par le Parquet.

Activists stand on a the roof of a house during an operation of Swiss police officers for the eviction of environmental protesters from the ZAD de la Colline
Des activistes sur le toit d'une maison face aux forces de l'ordre. 
KEYSTONE

Au total, 93 personnes, dont deux mineurs, ont été interpellées et fait l'objet d'un traitement judiciaire. Parmi celles-ci, 49 personnes ont été entendues par les procureurs du Ministère public vaudois. Ceux-ci ont délivré 45 peines immédiates, a indiqué la police cantonale dans un communiqué.

Parmi elles, une trentaine sont suisses et une dizaine sont des étrangers, dont cinq domiciliés dans un autre pays que la Suisse, précise-t-elle. Les principales infractions commises ont été la violation de domicile et l’insoumission à une décision de justice, l’empêchement d’accomplir un acte officiel ainsi que, dans une moindre mesure, la violence contre les fonctionnaires.

Prison et amendes

Les 45 prévenus ont été condamnés à une peine privative de liberté ferme et/ou une peine pécuniaire ferme sans sursis ainsi qu'à une amende et aux frais de justice, détaille la police. Ces ordonnances pénales immédiates peuvent faire l'objet d'oppositions auprès du Ministère public. La police a aussi découvert et saisi quelques engins pyrotechniques.

Jeudi matin, une quinzaine de personnes se trouvaient encore dans les locaux de police, et toutes ont été libérées en milieu d'après-midi, sauf une, prévenue de violence contre fonctionnaires. Elle a été maintenue en détention provisoire, pour laquelle une demande de détention a été adressée au Tribunal des Mesures de contraintes (TMC).

Deux personnes encore perchées

Deux personnes se trouvent toujours dans un arbre et refusent pour l'heure d'en descendre. Pour leur propre sécurité et celle des intervenants, la police cantonale renonce pour l'heure à les appréhender.

Les opérations de démontage des infrastructures sont terminées et la remise en état du site se poursuit. La police cantonale a engagé les aspirants actuellement en formation à l'Académie de police de Savatan pour procéder à une recherche dans les bois de la colline du Mormont pour sécuriser les lieux et ramasser tous les objets intéressants pour l'enquête.

Le site est maintenant placé sous la responsabilité du propriétaire, la société Holcim qui a engagé une société de sécurité privée. En raison des travaux de renaturalisation en cours, l'accès à la colline du Mormont n'est pas autorisé pour l'instant.

Manif devant l'Hôtel de police

Mardi, à l'issue d'une longue intervention, la police forte de 600 hommes et femmes est parvenue quasi sans heurt à déloger quelque 200 activistes rassemblés sur la colline du Mormont, près d'Eclépens (VD). Depuis octobre dernier, les zadistes occupent le terrain pour protester contre l'extension de la carrière du cimentier Holcim.

Par ailleurs, une quarantaine de manifestants, dont d'anciens «zadistes», ont protesté mercredi soir devant l'Hôtel de police à Lausanne. Scandant des slogans et brandissant des banderoles, les manifestants se sont rapprochés du bâtiment en occupant la chaussée, relate la police.

La police a fait usage de spray au poivre pour les faire reculer. Le trafic a été perturbé. Le groupe de manifestants a quitté les lieux dans le calme moins de deux heures après, toujours selon la police.

sj, ats