L'armée interdit Whatsapp dans le cadre du service

st, ats

5.1.2022 - 11:47

L'armée a interdit l'utilisation de Whatsapp dans le cadre du service. Depuis le début d'année, le service de messagerie suisse Threema, jugé plus sûr, notamment en matière de protection des données, est utilisé à la place pour la communication.

ARCHIV - 20.05.2021, Berlin: Die Anwendung von WhatsApp auf einem iPhone 12. Die monatelange Kontroverse um die neuen Datenschutz-Regeln bei WhatsApp hat für Facebooks Chatdienst bisher nur geringe Folgen in Deutschland. (zu dpa «Umfrage: Große Mehrheit nutzt WhatsApp nach Datenschutz-Streit weiter») Foto: Christoph Dernbach/dpa +++ dpa-Bildfunk +++ (KEYSTONE/DPA/Christoph Dernbach)
La loi américaine Cloud Act, auquel Whatsapp est soumise, est en vigueur depuis 2018. Elle permet notamment aux autorités américaines d'accéder aux données stockées sur Internet.
KEYSTONE

st, ats

5.1.2022 - 11:47

Threema, dont le siège est en Suisse, n'est en effet pas soumis au Cloud Act et peut être utilisé de manière anonyme. La messagerie est conforme au règlement européen sur la protection des données et est soumise à la jurisprudence suisse, explique l'armée à Keystone-ATS, revenant sur une information du Tages-Anzeiger.

Ce besoin de sécurité pour la troupe s'est notamment développé suite au premier engagement dans la lutte contre le coronavirus, écrit mercredi le porte-parole de l'armée Stefan Hofer. L'utilisation de Threema devrait en principe être réservée à la communication de service. L'armée prend en charge les coûts de quatre francs par utilisateur et par an.

La loi américaine Cloud Act, auquel Whatsapp est soumise, est en vigueur depuis 2018. Elle permet notamment aux autorités américaines d'accéder aux données stockées sur Internet.

Whatsapp, qui appartient à la société américaine Meta (anciennement Facebook), est l'application de messagerie la plus utilisée en Suisse, avec un taux de pénétration de plus de 80% parmi les 16-64 ans, selon des sondages.

st, ats