L'épidémie continue de progresser en Suisse

ATS

26.3.2020 - 16:59

Une place de jeux à Genève, fermée pour cause d'épidémie.
Source: Keystone/MARTIAL TREZZINI

L'épidémie de Covid-19 continue sa progression soutenue en Suisse. Un millier de cas supplémentaires par rapport à la veille ont été annoncés jeudi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), portant le total à 10’714 cas confirmés.

Le bilan des morts atteint 161, indique l'OFSP dans un communiqué. Un décompte de Keystone-ATS basé sur les indications des cantons porte ce total à 170.

«Actuellement, 10’714 cas ont été testés positifs, soit 1002 de plus qu’hier. (...) A ce jour, 91'400 tests ont été effectués, dont 14% étaient positifs», précise encore l'OFSP, qui se base sur les déclarations reçues des laboratoires et des médecins jusqu'au matin. C’est pourquoi les chiffres peuvent diverger de ceux communiqués le même jour par les cantons.

L’âge des cas confirmés en laboratoire va de 0 à 102 ans, avec un âge médian de 52 ans (50 % des cas sont plus jeunes et 50% sont plus âgés que cet âge). S'agissant de la répartition par sexe, 49% des cas concernent des hommes, 51% des femmes.

Les adultes sont nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes sont plus touchés que les femmes, et chez les adultes de moins de 50 ans, les femmes plus que les hommes. Les cantons du Tessin (392,8 cas par 100'000 habitants), de Vaud (294,2) et de Bâle-Ville (292,1) restent les plus touchés par l'épidémie.

Pas de surveillance de la population

Lors d'une conférence de presse à Berne, le responsable des maladies transmissibles de l'OFSP Daniel Koch a de nouveau mis en garde contre toute conclusion hâtive concernant ces chiffres journaliers. Il y a de grandes fluctuations d'un jour à l'autre. L'OFSP est en train de regarder les tendances sur une plus grande période.

Le gouvernement a en outre déjà annoncé qu'il allait détecter les attroupements via les téléphones mobiles pour vérifier que ses recommandations anti Covid-19 sont bien appliquées. Daniel Koch a répété qu'il ne s'agissait en aucun cas de surveiller la population. Il n'y a aura pas de relevé en temps réel, les données seront utilisées rétrospectivement et ne concerneront que les espaces publics.

Pas question non plus d'exposer sciemment des gens à la maladie pour renforcer leur immunité. Ce serait éthiquement impensable, a-t-il souligné. Même les personnes qui ne font pas partie des catégories vulnérables peuvent être grièvement malades.

Interrogé sur les besoins en masque, Daniel Koch a par ailleurs indiqué que la Suisse nécessitait actuellement un à deux millions de masques de protection par jour.

L'armée mobilise de nouvelles compagnies sanitaires

Les demandes d'aide de l'armée continuent d'augmenter. C'est pourquoi l'armée a décidé de mobiliser de nouvelles compagnies sanitaires pour aider les cantons à faire face à la crise du coronavirus.

Les cantons ont déposé 249 demandes d'aide, a indiqué jeudi le brigadier Raynald Droz lors d'une conférence de presse à Berne.

Des projections de l'armée montrent qu'au 1er avril il ne restera plus que 10% à 30% des effectifs à disposition selon les régions. Raison pour laquelle l'armée a décidé de mobiliser davantage de troupes.

Soldats opérationnels dès le 31 mars

Une première compagnie sanitaire a été appelée jeudi, a poursuivi le brigadier. Trois autres seront mobilisées samedi.

L'armée a également décidé de faire appel aux personnes convoquées dans les années précédentes (jusqu'en 2016) et ayant décidé de faire leur service militaire d'un bloc.

Tous seront intégrés dans les quatre bataillons actuellement déployés. Les premiers devraient être opérationnels le 31 mars, les anciens au 6 avril.

1400 personnes auront pu être ramenées en Suisse

La Suisse a rapatrié jeudi 288 personnes en provenance du Pérou. Le quatrième avion affrété par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) s'est posé dans la matinée à Zurich.

L'appareil transportait 231 Suisses, 56 personnes vivant en Suisse, ainsi que deux passagers vivant dans d'autres pays européens, indique le DFAE sur sa page internet consacrée au coronavirus.

L'ambassade de Suisse a aidé de nombreux voyageurs au Pérou à se rendre à l'aéroport de Lima malgré les possibilités de voyage limitées. Le personnel de l'ambassade s'est occupé des passagers jusqu'à ce que l'avion puisse décoller pour la Suisse.

Un cinquième vol est attendu jeudi soir. Au total, quelque 1400 personnes auront pu être ramenées en Suisse dans le cadre de la plus grande opération de rapatriement jamais organisée par la Confédération, a indiqué devant la presse Johannes Matyassi, chef de la division consulaire du DFAE.

Nouveaux vols prévus

Pendant les semaines à venir, la Confédération planifie plusieurs dizaines de vols à destination notamment de l'Amérique latine, de l'Asie et de l'Afrique. M. Matyassi a énuméré des vols depuis Santiago, Manille, Buenos Aires, Sydney, Ventiane ou encore Bangkok.

Selon lui, d'ici au 4 avril, 3500 personnes devraient avoir été rapatriées. Parmi les points chauds, il a cité Bangkok et la région Australie/Nouvelle-Zélande.

Un mort à l'étranger

M. Matyassi a indiqué le DFAE a connaissance de plusieurs Suisses ayant contracté la maladie à l'étranger et d'un décès.

Des milliers de Suisses se trouvent actuellement à l'étranger. Quelque 17'000 personnes se sont enregistrées sur l'application Travel Admin.

Après cette opération, la Confédération continuera à soutenir les personnes qui n'auront pas pu être rapatriées, à travers la protection consulaire. Ces personnes auront droit notamment à un soutien financier pour les besoins de santé ou de logement.

Les images du jour

Retour à la page d'accueil