La pénurie d'électricité n'est pas inéluctable en Suisse

ats

18.11.2021 - 08:47

La consommation électrique peut être réduite jusqu'à 30% en Suisse «sans perte de confort», affirme le patron des SIG. Avec des programmes d'économies et une accélération du développement des énergies renouvelables, «on résoudrait le problème de notre approvisionnement électrique».

ats

18.11.2021 - 08:47

Le poste de couplage ou part la ligne THT 380kV Chamoson-Chippis en Valais, photographie ici a Chamoson, le mercredi 2 avril 2020. Le coronavirus a des repercussions sur la ligne a tres haute tension Chamoson-Chippis en Valais: Les ouvriers italiens charges du montage des pylones sont confines dans leur pays.
Selon un rapport récemment publié sur la sécurité de l'approvisionnement en électricité, dans le pire des cas, la Suisse pourrait avoir trop peu d'électricité dès 2025. (image d'illustration)
KEYSTONE

La Suisse pourrait ainsi se prémunir des pénuries d'électricité qui pourraient l'affecter d'ici à quelques années, «sans devoir renoncer à l'objectif de fermer les centrales nucléaires», explique le directeur des Services industriels de Genève (SIG), Christian Brunier, dans un entretien diffusé jeudi par La Tribune de Genève. «Les autorités fédérales feraient mieux d'agir au lieu de faire peur aux gens».

Selon un rapport récemment publié sur la sécurité de l'approvisionnement en électricité, dans le pire des cas, la Suisse pourrait avoir trop peu d'électricité dès 2025. Le ministre de l'économie Guy Parmelin a appelé les entreprises à se préparer à la pénurie.

M. Brunier cite en exemple le programme d'économie d'énergie lancé à Genève. «Consommer moins d'électricité, c'est la première chose à faire pour éviter les pénuries».

20% grâce au solaire

Il s'étonne que seuls les cantons de Genève, Zurich et Bâle, ainsi que quelques villes comme Lausanne et Yverdon-les-Bains (VD), ont de tels programmes. «Les autres ne feront rien si on ne les y oblige pas, ce que le Conseil fédéral a les moyens de faire».

Concernant le développement des énergies renouvelables, la part de la production éolienne peut être portée jusqu'à 8% des besoins de la Suisse et celle du solaire jusqu'à 20%, «tout en préservant le paysage et le patrimoine», calcule le responsable.

Il précise qu'actuellement, le pays produit par année plus d'électricité qu'il n'en consomme. «Si nous exportons du courant en été, nous devons en importer en hiver», ajoute-t-il. La Suisse a besoin d'acheter de l'électricité en Europe durant une partie de l'année, car «viser l'autonomie électrique tout au long de l'année coûterait beaucoup trop cher».

ats