Le bilan de la chasse haute est «globalement satisfaisant» 

zd, ats

18.10.2021 - 12:02

Les chasseurs valaisans ont tiré le nombre de bêtes nécessaires afin de réguler les populations de chamois et de chevreuils durant la saison haute 2021, constatent satisfaites les autorités. En revanche, des tirs complémentaires auront lieu dans trois des vingt unités de gestion du canton où trop peu de cerfs, en l'occurrence des biches, ont été tirés.

zd, ats

18.10.2021 - 12:02

Un chasseur porte un chamois fraichement abattu lors de la chasse dans la region de Nax ce jeudi 21 septembre 2017.(KEYSTONE/Olivier Maire)
En Valais, la chasse haute (à balle) dure deux semaines et concerne le tir de grands gibiers. (archives)
KEYSTONE

Au total, les nemrods ont tiré 2503 chamois (2’556 en 2020), 474 chevrettes, les femelles des chevreuils, (379 en 2020) et 11 sangliers (17 en 2020) durant la chasse haute, soit dans les fourchettes prévues par le Service de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF). En revanche, le nombre de cerfs abattus durant ces deux semaines prévues pour la chasse haute s’élève à 1325.

«Le plan de tir prévu pour les cerfs a été atteint hormis dans les unités de gestion d’Aletsch-Goms, Nanz-Saas et dans le district franc fédéral (DFF) Val Ferret Combe de l’A (Entremont)», précise lundi l'Etat du Valais dans un communiqué. Une chasse complémentaire visant à compléter le contingent aura lieu durant la deuxième quinzaine de novembre, précise à Keystone-ATS Yvon Crettenand, biologiste au sein du SCPF.

Celle-ci visera à tuer environ 145 biches afin de diminuer l'accroissement de la population. «La réduction du cheptel est nécessaire dans ces zones pour garantir la fonction protectrice des forêts d’une part, et pour maintenir l’équilibre entre les différentes espèces de la faune d’autre part».

Un seul animal à chasser

Selon le canton, la réalisation des objectifs de tir pour le cerf a été rendue plus difficile dans certaines régions en raison d’un jugement rendu par le tribunal fédéral interdisant la chasse dans les zones de protection partielle des districts francs fédéraux. «Avant ce jugement, les chasseurs pratiquaient une chasse ordinaire dans ces zones. Désormais chacun d'entre eux se voit attribuer un animal à chasser», explique le biologiste. Concrètement, s'il doit prélever une biche et voit passer un cerf, le chasseur n'a pas l'autorisation de le tirer.

Parallèlement et comme chaque année, les gardes-chasse professionnels procéderont à des tirs d’assainissement et de régulation. «Il s'agira de tirs complémentaires dans certaines zones ciblées pour éviter des dégâts aux arbres fruitiers par exemple», explique encore Yvon Crettenand.

En Valais, la chasse haute (à balle) dure deux semaines et concerne le tir de grands gibiers. Elle est suivie par la chasse basse (à grenaille) qui s'étale sur 21 jours et qui vise le gibier plus petit.

zd, ats