Le casse-tête des quarantaines pour les touristes anglais

ll, ats

22.12.2020 - 16:00

Swimmer are pictured in a Swimming pool at
La mise en quarantaine des voyageurs venant de Grand-Bretagne constitue un casse-tête sur le terrain. (Image prétexte)
KEYSTONE

La mise en quarantaine des voyageurs venant de Grand-Bretagne constitue un casse-tête sur le terrain. «La mesure est inévitable, mais extrêmement compliquée à appliquer», a expliqué le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba.

Les autorités vaudoises ont écrit dès lundi soir aux hôteliers et aux communes des stations de sports d'hiver. Elles leur ont demandé «instamment» de veiller au respect des quarantaines décrétées par Berne à l'encontre des voyageurs arrivant de Grande-Gretagne et d'Afrique du Sud, deux pays touchés par une nouvelle variante de coronavirus. La mesure est rétroactive à partir du 14 décembre.



Le canton va aussi écrire aux agences immobilières, ajoute Philippe Leuba. Puis tous recevront une lettre d'information en anglais à remettre à leurs hôtes, pour leur expliquer la situation et leur fournir le numéro d'une hotline qu'ils pourront appeler.

S'ils sont placés en quarantaine, le premier souci des Anglais et des Sud-Africains sera vraisemblablement de rentrer chez eux, imagine le conseiller d'Etat. «Nous devons leur dire à quelles conditions. Berne doit régler la question du retour en Grande-Bretagne. Comment vont-ils se rendre à l'aéroport ? Un protocole sanitaire doit être mis sur pied. Et qui va payer».

L'hôtelier doit informer

Pour sa part, l'hôtelier doit informer son client de sa mise en quarantaine pendant dix jours dès son arrivée en Suisse. «Cela veut dire qu'il doit lui signifier qu'il ne doit pas aller skier et qu'il ne doit plus quitter sa chambre», ajoute le conseiller d'Etat.

Philippe Leuba reconnaît «que cela ne va pas être facile». Mais il précise que la responsabilité de l'hôtelier ne sera pas directement engagée si le touriste ne respecte pas les consignes transmises.

A Villars

A Villars-sur-Ollon, Dominique Dietrich, directeur d'Eurotel Victoria, un des grands établissements de la station, et président de la société des hôteliers restaurateurs de Villars, a contacté lundi soir déjà ses clients anglais, qui occupent deux chambres. Ils étaient arrivés en Suisse avant le 14 décembre.

La clientèle britannique apprécie la station vaudoise et arrive en quatrième rang des plus gros contingents touristiques (derrière les Suisses, le Benelux et la France). Les données précises manquent, mais les Britanniques semblent moins nombreux en cette année de coronavirus. «D'autant plus qu'ils arrivent habituellement un peu plus tard, entre Noël et Nouvel An», observe l'hôtelier.

Annulations

Actuellement, les annulations pleuvent. «On avait une vingtaine de réservations. Tous les Anglais annulent ou vont le faire. Ils ne viendront pas», a ajouté M. Dietrich.

Retour à la page d'accueil

ll, ats