Le Conseil fédéral aura la main sur les grandes décisions

gd, ats

10.11.2021 - 11:02

Si elle obtient une place au Conseil de sécurité de l'ONU, la Suisse prendra ses décisions de la même manière que pour les autres organes onusiens. Le Conseil fédéral a défini mercredi les modalités du mandat.

gd, ats

10.11.2021 - 11:02

Mexico's President Andres Manuel Lopez Obrador presides at the United Nations Security Council, Tuesday, Nov. 9, 2021. (AP Photo/Richard Drew)
La Suisse a déposé, en 2011, une candidature à un siège non permanent au Conseil de sécurité pour la période 2023-2024. (archives)
KEYSTONE

La Suisse a déposé, en 2011, une candidature à un siège non permanent au Conseil de sécurité pour la période 2023-2024. Les élections auront lieu en juin 2022 à New York. En attendant, les préparatifs battent leur plein.

Pas question de créer de nouveaux organes pour la coordination des décisions, explique le gouvernement dans un communiqué. Les mécanismes de consultation et de prise de décisions, ayant fait leurs preuves pour les interventions et votes au sein de l'Assemblée générale ou du Conseil des droits de l'homme, seront appliqués.

Le Conseil fédéral prendra lui les décisions politiquement importantes. Il s'agira par exemple de décisions revêtant une grande portée sur le plan de la politique intérieure ou extérieure, comme la reconnaissance d'une revendication contestée.

Adoption de nouvelles sanctions ou autorisation d'une intervention militaire seront également de sa compétence. Le gouvernement tranchera encore si les départements ont des avis divergents.

Les mécanismes de coordination et de prise de décisions seront testés à l’automne 2022. Durant le mandat, le Parlement, les médias et le public seront régulièrement informés des activités de la Suisse au Conseil de sécurité, précise le Conseil fédéral.

gd, ats