Morges

Le «havre de paix» urbain ferait-il résonner l'enfer? 

Valérie Passello

1.3.2022

Le développement du Quartier de la Gare de Morges génère déjà des plaintes en matière de bruit. En cause notamment, la récente tour de l'Ilot Sud, qui serait responsable de la réverbération du bruit de l'autoroute. Alors que ce bâtiment est achevé, les futures constructions prévues dans le périmètre font craindre de nouvelles nuisances sonores. La Commune, elle, se veut rassurante. 

Une vue du nouveau quartier d'habitations et de commerces autour de la gare CFF de la ville de Morges le mardi 31 aout 2021 a Morges. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Une vue du nouveau quartier d'habitations et de commerces autour de la gare CFF de la ville de Morges. 
KEYSTONE

Valérie Passello

1.3.2022

«Avant, depuis chez moi, j'entendais les petits oiseaux. Je vis depuis longtemps à Morges mais je ne percevais pas le bruit du trafic. Et d'un coup, tout a changé», raconte une habitante de la ville*. Depuis l'achèvement, début 2021, de la tour de l'Ilot Sud, qui dresse fièrement ses 17 étages au coeur de la cité, cette citoyenne essuie les décibels en permanence: «Cela fait un an que je n'arrive plus à dormir, témoigne-t-elle, c'est très perturbant et fatiguant».



Pour tenter de comprendre ce revirement sonore soudain, l'intéressée se lance alors dans de longues investigations. Elle tape à la porte de la Commune, interroge des ouvriers sur le chantier de l'Ilot Sud, se renseigne auprès des services cantonaux et nationaux compétents, interpelle les habitants du quartier, sollicite la Ligue suisse contre le bruit.

Un parcours du combattant qui va l'amener à cette conclusion: bien qu'elle ne vive pas à proximité directe de la nouvelle tour, celle-ci ferait parvenir le bruit de l'autoroute jusqu'à son domicile, par réverbération. Dans ce cas de figure, le complexe, qui était présenté comme «un havre de paix urbain», semble manquer sa cible.

Interpellée, la commune de Morges assure prendre la problématique du bruit très au sérieux. Or, la municipale de l'Urbanisme, des Constructions et de l'Espace public Laure Jaton concède: «Depuis la fin de la construction, quelques riverains se sont exprimés à propos de la réverbération».

«Pas de nouvelles sources de bruit»

Selon les projections d'un rapport acoustique de 2017 que notre rédaction a pu se procurer, 31 points de dépassement des normes fixées par l'ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) ont été identifiés sur la façade nord de la tour.

Mais le Canton a tout de même validé le projet, partant du principe que les constructions prévues dans le Quartier de la Gare feront écran, à l'horizon 2025/2030, ramenant ces dépassements à 2 décibels au maximum, le rapport indiquant que les équipements prévus permettront finalement de répondre aux exigences de l’OPB.

Toutefois, il n'est pas question ici de réverbération, puisque le phénomène n'est pas pris en compte dans le rapport. D'ailleurs, comme le rappelle la Municipalité de Morges, «Aucune exigence concernant l’augmentation du bruit par réflexion n’est mentionnée dans l’OPB».

Laure Jaton relève: «Dans le cas présent, les nouveaux bâtiments du quartier des Halles et de l’Ilot Sud ne constituent pas de nouvelles sources de bruit. Le rapport d’impact confirme que les nuisances induites par le projet en lien avec l’utilisation accrue des voies de communication respectent les exigences légales.» Dès lors, la Commune n'est pas non plus en mesure d'exiger des équipements supplémentaires sur la tour, comme la pose de panneaux ou vitrages phono-absorbants, par exemple.

La municipale assure en outre qu'aucune dérogation en matière de bruit n’a été accordée par la Ville concernant l'Ilot Sud. Par ailleurs, l’impact du développement de Morges Gare-Sud a été traité dans le cadre du Rapport d’Impact sur l’environnement (RIE) accompagnant le plan partiel d’affectation. «Ce RIE permet de démontrer le respect des exigences légales du projet de développement d’une planification. Sa légalité est contrôlée par le Canton, qui est seul compétent en matière de bruit», relève l'élue.

Inquiétudes pour l'avenir

Interpellée en février 2021 sur les possibles nuisances relatives à la réverbération du bruit contre les nouveaux bâtiments du Quartier de la Gare, la Municipalité s’est engagée à faire des mesures après réalisation des ouvrages. «Ces mesures pourraient être effectuées prochainement, tout en rappelant qu’il s’agit d’une situation intermédiaire, puisque le plan d’affectation prévoit également des travaux au niveau du bâtiment de la gare», souligne la municipale responsable.

Justement, les travaux à venir et le potentiel impact sonore des futures constructions inquiètent. À tel point qu'un comité citoyen de réflexion sur le bruit pourrait se former, l'idée fait actuellement son chemin.  «Lorsqu'on considère la densification en cours, l'autoroute saturée et le fait qu'elle passe au milieu de la ville de Morges, il me semble important de chercher les moyens d'être protégé de nuisances qui touchent directement à notre santé. Car nous subissons ce bruit tant que la gare n'est pas construite, et ensuite c'est la gare elle-même qui amènera sa contribution sonore au quartier», note la citoyenne ayant soulevé le problème auprès de notre rédaction. 

De son côté, l'Exécutif morgien promet de pendre «toutes les mesures qui sont en son pouvoir pour limiter au maximum le bruit, qu’il soit émis ou réverbéré». Laure Jaton énumère: «La Commune peut et va agir sur tous les éléments dont elle a la compétence. Elle étudie d’ailleurs certaines de ces pistes actuellement, en particulier la limitation de la vitesse du trafic, de jour comme de nuit, la pose de revêtement de phono-absorbant, etc...»

*Nom connu de la rédaction