Carnet noir

Le maire de Lugano Marco Borradori subitement décédé

hl, ats

11.8.2021 - 20:18

Le maire de Lugano Marco Borradori est subitement décédé mercredi peu après 18h00. Agé de 62 ans, il avait été hospitalisé la veille en début d'après-midi sous la présomption d'un arrêt cardiaque survenu durant une séance de course à pied.

hl, ats

11.8.2021 - 20:18

Marco Borradori maire de Lugano. 
KEYSTONE

La mairie de la ville l'a officiellement annoncé après avoir été informée par la famille. Aussitôt après son hospitalisation, l'élu de la Lega avait été placé sous assistance cardiaque. Son pronostic était alors «extrêmement réservé», avait indiqué le Centre cardiaque où il se trouvait.

Avant de devenir maire de Lugano, en 2013, Marco Borradori avait connu une carrière nationale et cantonale. Il avait siégé au Conseil national entre 1991 et 1995 puis au Conseil d'Etat du Tessin entre 1995 et 2013.

Très rapidement après l'annonce du décès, le gouvernement tessinois a «constaté avec consternation le décès prématuré du maire de Lugano». Au cours des dernières heures, le gouvernement a suivi l'évolution de la situation, espérant jusqu'au tout dernier moment une issue positive», écrit le Conseil d'Etat, exprimant les sentiments de toute la communauté tessinoise.

18 ans au gouvernement

A l'exécutif cantonal, Marco Borradori avait dirigé le Département du territoire. En 18 ans, il aura promu et accompagné d'innombrables projets d'importance capitale pour le développement du canton du Tessin, ajoute le gouvernement. Et de citer les tunnels de base AlpTransit du Gothard et du Monte Ceneri, celui de Vedeggio-Cassarate.

Le conseiller d'Etat léguiste s'est également préoccupé du complexe dossier des déchets, avec la construction de l'usine de valorisation énergétique des déchets. Sans compter la création de l'Observatoire de l'environnement de la Suisse italienne, celle du Parco del Piano di Magadino. Marco Borradori aura connu le succès avec la première campagne d'incitation au chauffage au bois et photovoltaïque lancé en 2002.

Au moment de quitter ses fonctions, il résumait les 18 années passées au Conseil d'Etat par ces mots: «Ce long voyage m'a réservé bien des surprises et m'a aidé à composer un portrait du Tessin dont les mérites – la capacité d'avoir des idées innovantes, le courage de les désirer, la force de les réaliser – l'emportent certainement sur les défauts».

hl, ats