Analyse

Le oui à la loi Covid s'est révélé être un vrai signe de confiance 

olpe, ats

14.1.2022 - 10:59

Acceptée par 62% du peuple suisse le 28 novembre dernier, la loi Covid-19 a eu le soutien de presque tous les groupes de la population, révèle l'analyse Vox publiée vendredi. Les opposants se sont surtout tournés vers les réseaux sociaux, sans succès.

olpe, ats

14.1.2022 - 10:59

«Des jeunes aux personnes âgées, de la gauche à la droite, le soutien a été large. Seuls les non vaccinés, les sympathisants de l'UDC ou des Amis de la Constitution ont voté non», observe l'analyse Vox. (archives)
«Des jeunes aux personnes âgées, de la gauche à la droite, le soutien a été large. Seuls les non vaccinés, les sympathisants de l'UDC ou des Amis de la Constitution ont voté non», observe l'analyse Vox. (archives)
KEYSTONE

Par rapport au premier scrutin sur le sujet tenu cinq mois plus tôt, les partisans du oui ont légèrement augmenté, passant de 60 à 62%, au terme de la votation organisée à la suite du deuxième référendum.

«Des jeunes aux personnes âgées, de la gauche à la droite, le soutien a été large. Seuls les non vaccinés, les sympathisants de l'UDC ou des Amis de la Constitution ont voté non», observe l'analyse Vox réalisée par l'institut de recherche gfs.Bern auprès de 3400 personnes.

Par rapport au scrutin du 15 juin, les sympathisants du Parti libéral-radical et des Vert'-libéraux ont été un peu plus nombreux à dire oui. À l'inverse, le non s'est renforcé chez les proches de l'UDC, d'où une polarisation renforcée à l'occasion de ce deuxième vote qui a plébiscité le certificat Covid et accordé des pouvoirs élargis au Conseil fédéral.

Confiance dans le Conseil fédéral

En Suisse alémanique, la proportion des partisans a augmenté entre les deux scrutins, alors qu'elle a diminué en Suisse romande. Globalement, le peuple a vu dans son vote, entre autres, une manifestation de solidarité.

Sans surprise, les opposants – que ce soit les votants ou les meneurs de la campagne – ont beaucoup eu recours à Internet et aux réseaux sociaux pour s'informer et informer. Les partisans ont plus souvent privilégié les médias traditionnels comme les journaux ou la télévision.

Globalement, gfs.Bern relève que le résultat traduit «la confiance élevée placée dans le Conseil fédéral.» La conviction de l'utilité du certificat pour vaincre la pandémie a été plus forte que les réserves face au risque d'instaurer une société à deux vitesses entre les vaccinés et les non vaccinés.

Solidarité

Deuxième objet soumis au peuple le 28 novembre, l'initiative «pour des soins infirmiers forts» (approuvée par 61% du peuple et 25,5 cantons), a aussi été influencée par le Covid, relève Vox. La pandémie a renforcé la sensibilisation face aux problèmes de santé et contribué grandement à la mobilisation massive (65,3%).

Le texte a été plébiscité par les partisans du camp rose-vert et du Centre. Le oui exprime en outre la confiance dans les syndicats et le personnel soignant et témoigne d'une volonté de solidarité.

L'initiative populaire pour la «désignation des juges fédéraux par tirage au sort» (rejetée à 68%) est restée plutôt dans l'ombre. Le rejet est surtout venu des proches du Centre et de la droite. Le texte n'a pas non plus obtenu de majorité à gauche. Les votants ont dans l'ensemble été sensibles à l'argument selon lequel le système actuel serait l'un des meilleurs au monde, conclut Vox.

olpe, ats