Le PLR Sergei Aschwanden se lance dans la course au Conseil d'Etat

sj, ats

10.8.2021 - 09:09

sj, ats

10.8.2021 - 09:09

Le député PLR Sergei Aschwanden brigue un siège au Conseil d'Etat vaudois. Alors que les sortants Pascal Broulis et Philippe Leuba n'ont toujours pas informé sur leur intention, l'ancien judoka est le premier néo-candidat à se présenter à la candidature libérale-radicale pour le scrutin cantonal de mars prochain.

Alors que les sortants Pascal Broulis et Philippe Leuba n'ont toujours pas informé sur leur intention, l'ancien judoka Sergei Aschwanden est candidat à la candidature pour un siège PLR au Conseil d'Etat vaudois (archives).
ATS

Avant le médaillé de bronze aux JO de Pékin en 2008, seule la sortante Christelle Luisier s'est déclarée officiellement candidate à sa réélection au Château Saint-Maire.

«Je suis candidat à la candidature. Il faut faire les choses dans l’ordre. Je déclare aujourd'hui mes intentions et je les porterai jusqu'au congrès du PLR Vaud de septembre», indique mardi dans une interview accordée au site francophone du Blick M. Aschwanden, 45 ans, père de quatre enfants, élu au Grand Conseil en 2017.

«Je souhaite pouvoir offrir une alternative aux délégués. Libre à eux, ensuite, de déterminer qui sera à même de remporter un siège pour le parti. Cette décision ne m'appartient pas, mais je pense en être capable», ajoute-t-il. «J'ai envie d'amener du sang neuf. J'ai un parcours atypique en politique, cela peut être intéressant».

Pas que le sport

S'il ne dit pas explicitement viser le siège de M. Broulis ou M. Leuba, il affirme volontiers qu'il vient du sport et que «dans le sport, il y a une compétition. Elle peut être dure, mais elle doit être juste et fair-play», confie-t-il.

«Le but n'est pas de voler le siège de qui que ce soit. Je ne porte par ailleurs aucun jugement concernant Pascal Broulis et Philippe Leuba», souligne-t-il. Le directeur de station à Villars-sur-Ollon dit surtout «souhaiter proposer une alternative crédible».

Aux voix critiques qui lui reprochent parfois d'être surtout centré sur les politiques publiques touchant au sport, il répond qu'il a effectivement «une certaine expertise dans le domaine» et qu'il «l'assume». «Mais cela ne dit pas tout de moi», insiste-t-il.

«Je suis depuis le début de la législature dans la commission thématique des affaires extérieures et dans la commission consultative en matière d'asile. Depuis une année et demie, je suis aussi dans la commission thématique de la politique familiale. Ce sont des thèmes qui m'intéressent et dans lesquels j'ai désormais acquis certaines connaissances», se défend l'ancien champion.

Fin du suspense d'ici au 20 août

Les deux ministres actuels Pascal Broulis et Philippe Leuba, qui termineront respectivement leurs quatrième et troisième mandats, ont jusqu'au 20 août pour se prononcer. Les autres candidats PLR ont jusqu'au 27 août pour exprimer leur intérêt. Le parti se réunira ensuite en congrès le 22 septembre pour entériner les candidatures.

Il se prononcera également sur une modification de ses statuts qui veut limiter la présence d'un élu PLR au gouvernement cantonal à quinze ans maximum, soit trois mandats. Cette réforme interdirait aux deux ministres sortants de se représenter.

sj, ats