Le transfert de la route vers le rail sera renforcé

gd, ats

25.11.2021 - 11:00

Les camions sont toujours moins nombreux à traverser les Alpes par la route. Mais la Suisse n'a pas encore atteint ses objectifs. Le Conseil fédéral a donc décidé de renforcer le transfert du trafic de marchandises vers le rail.

gd, ats

25.11.2021 - 11:00

La Suisse a encore raté ses objectifs en matière de transfert du trafic de marchandises de la route au rail. Le Conseil fédéral a donc décidé de prendre de nouvelles mesures (archives).
ATS

La nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA) et la réforme des chemins de fer ont permis de renforcer le rail, rappelle jeudi le gouvernement dans un communiqué. L'an dernier, 860'000 poids lourds ont arpenté les routes suisses. C'est un tiers de moins qu'en 2000. Ils étaient alors plus de 1,4 million. La barre des 650'000 courses transalpines n'est toutefois toujours pas atteinte.

Même si elle n'a eu de cesse de baisser, la pollution atmosphérique est également encore trop élevée dans l'espace alpin. Le fret routier lourd continue de représenter une part importante des émissions de substances polluantes, en particulier les oxydes d’azote et la suie. Et le bruit du fret routier reste trop élevé, notamment au petit matin entre 5h et 6h.

Focus sur les émissions de CO2

Les mesures actuelles ne permettent pas d'atteindre les objectifs. Un nouveau paquet a donc été élaboré. La redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations doit être perfectionnée.

Jusqu'à présent, elle était orientée sur les normes euro relatives aux gaz d'échappement, visant à réduire les polluants atmosphériques. Il faut maintenant prendre en compte les émissions de CO2 des véhicules, afin de renforcer la protection climatique.

La durée de l'exemption de la redevance pour les véhicules à propulsion alternative (électriques ou à hydrogène) doit elle être clarifiée. La branche des transports a besoin de sécurité de planification pour remplacer les parcs de véhicules, pointe le gouvernement. Un projet doit être élaboré d'ici début 2023.

Le Conseil fédéral veut également prolonger le soutien financier de la chaussée roulante jusqu'en 2028. Le subventionnement s'élèvera à 20 millions de francs par an. Le matériel roulant actuel pourra continuer d’être utilisé sans requérir d’investissements majeurs, et les offres en transport combiné non accompagné pourront être renforcées, explique le gouvernement.

Potentiel à exploiter

La NLFA a elle encore du potentiel. Le tunnel de base du Ceneri, entré en service fin 2020, a permis la circulation d'un nombre accru de trains plus longs et plus lourds. Il est en outre possible d’effectuer sur l’axe du Saint-Gothard des transports ferroviaires de semi-remorques d’une hauteur aux angles de 4 mètres.

Le rail a ainsi pu renforcer sa position dans le transport transalpin de marchandises au premier semestre de 2021. Certains opérateurs ont acquis 25% de nouveaux clients au cours de cette période dans le secteur des transports à grand gabarit. Ces possibilités doivent être davantage utilisées pour renforcer le transfert vers le rail.

D’ici fin 2022, la capacité du tunnel de base du Saint-Gothard sera par ailleurs portée progressivement à son maximum de six trains de marchandises par heure et par direction. Toutes les capacités de la NFLA ne pourront cependant être pleinement déployées en raison de problèmes sur les lignes d'accès, notamment à l'étranger. Et le Conseil fédéral de plaider pour une meilleure coordination entre tous les acteurs du marché.

gd, ats