À saturation

Les cellules de traçage sont à la limite de leurs capacités

nipa, ats

11.1.2022 - 14:57

Les cellules de traçage de contact dans les cantons sont aux limites de leur capacité. La forte hausse du nombre de cas, et l'intervalle entre un test et son résultat, souvent trop long, représentent un vrai défi, selon Marina Jamnicki, médecin cantonale des Grisons et membre du comité directeur de l'association des médecins cantonaux.

Un traceur parle au téléphone lors de la 2ème vague de la pandémie le lundi 7 décembre 2020 au Centre de trace à Lausanne. (archives)
Un traceur parle au téléphone lors de la 2ème vague de la pandémie le lundi 7 décembre 2020 au Centre de trace à Lausanne. (archives)
KEYSTONE

nipa, ats

11.1.2022 - 14:57

Cela a pour conséquence que les services de traçage ne peuvent parfois pas atteindre toutes les personnes infectées dans les temps voulus. Les processus sont aussi de plus en plus automatisés, via des SMS et des enregistrements en ligne, car il n'y a plus la possibilité d'appeler tout le monde.

«Après près de deux ans de pandémie, certaines personnes ne comprennent toujours pas pourquoi on doit s'isoler», constate encore Mme Jamnicki. De nombreuses personnes ont des symptômes très légers. Mais elles doivent quand même respecter les règles.

Actuellement, il est vrai qu'on discute de l'isolement et des quarantaines. Au niveau économique, il existe des pressions pour les réduire ou les supprimer. Mais il ne revient pas aux cantons de prendre une décision, a rappelé Mme Jamnicki.

nipa, ats