Les jeunes Vert'libéraux espèrent une application proportionnée

st, ats

13.6.2021 - 14:40

Virginie Cavalli, co-présidente des jeunes Vert'libéraux et membre du comité référendaire, espère une application proportionnée de la loi, après le «oui» des Suisses aux mesures policières de lutte contre le terrorisme. Elle se réjouit de la réussite de la campagne, qui a permis de réduire l'écart.

st, ats

13.6.2021 - 14:40

Menschen stehen mit Plakaten und Bannern vor dem Strafgericht Basel-Stadt vor der Urteilsverkuendung im Strafprozess gegen Aktivisten der Protestaktionen vor der UBS und der Credit Suisse vom Sommer 2019, in Basel, am Freitag, 22. Januar 2021. Die fuenf Beschuldigten wurden von allen Anklagepunkten freigesprochen. (KEYSTONE/Georgios Kefalas)
La coprésidente des jeunes Vert'libéraux espère que d'autres «débordements» comme les perquisitions menées chez des activistes du climat ne se reproduiront pas. (image d'illustration)
KEYSTONE

«Nous sommes contents d'avoir pu faire valoir nos arguments, même si contre le Conseil fédéral, notre combat ressemblait un peu à celui de David contre Goliath», a déclaré Virginie Cavalli à Keystone-ATS. «Malheureusement, les gens ont voté sur l'étiquette de la loi, alors que nous avons avancé des arguments juridiques, plus techniques».

Selon elle, la campagne s'est notamment jouée sur l'émotion et la peur. La coprésidente des jeunes Vert'libéraux espère que d'autres «débordements» comme les perquisitions menées chez des activistes du climat ne se reproduiront pas. Elle espère en outre que l'Etat de droit sera préservé, que ces mesures ne seront utilisées qu'en «ultima ratio» et que les mesures pénales resteront favorisées.

Réactions au sujet des pesticides de synthèse

La Grève du climat comme le PVL, à la pointe du combat en faveur du oui en Suisse romande, encaissent le non à l'initiative sur les pesticides. «Ce qui a été mal compris dans cette initiative, c'est qu'on n'attaquait pas du tout les agriculteurs, mais la politique agricole», réagit Virginie Cavalli.

Or la politique agricole est un non-sens environnemental depuis une trentaine d'années, a dit la coprésidente des Vert'libéraux à Keystone-ATS.

«Les pesticides sont nocifs pour le climat et les entreprises qui les produisent sont parmi les plus grands pollueurs», a poursuivi Cyrill Hermann, militant de la Grève du climat.

«Nous n'allons pas baisser les bras. Nous allons devoir convaincre, mais peut-être autrement, poursuit Virginie Cavalli, pour passer d'un modèle d'agrobusiness à un modèle d'agro-écologie». Elle envisage de poursuivre le dialogue avec les petits et moyens paysans, dont certains ont soutenu les initiatives.

Pour le mouvement de la Grève du climat, un système agricole sûr à long terme ne doit pas dépendre des grandes entreprises, des pesticides et des monocultures.

st, ats