Les laboratoires médicaux doivent prioriser les tests Covid

beko, ats

6.1.2022 - 16:17

La vague actuelle d'Omicron a poussé les capacités de test PCR Covid-19 en Suisse à leurs limites. Pour l'association suisse des laboratoires médicaux (FAMH), il devient urgent de prioriser les tests aux personnes qui en ont le plus besoin, conformément aux propositions des autorités.

Ein Labor-Mitarbeiter verarbeitet Corona-Proben in einem Labor am Flughafen Zuerich, am Donnerstag, 2. Dezember 2021 in Zuerich. Das neu eroeffnete Flyender Labor bietet nach eigenen Angaben die schnellsten RT PCR-Tests in der Schweiz mit Testresultaten nach 3 oder 5 Stunden an. (KEYSTONE/Michael Buholzer)
Avec la récente décision d'étendre la prise en charge des coûts et la demande pendant les fêtes, les tests réalisés ont atteint de nouveaux records. (image d'illustration)
KEYSTONE

beko, ats

6.1.2022 - 16:17

Les capacités diagnostiques des laboratoires du pays ont atteint leurs limites – sur le plan des ressources humaines et des capacités, estime jeudi la FAMH dans un communiqué. Le moment est donc venu selon elle d'appliquer les règles de priorisation proposées en décembre par la Confédération.

Avec la récente décision d'étendre la prise en charge des coûts et la demande pendant les fêtes, les tests réalisés ont atteint de nouveaux records. Le variant Omicron, hautement contagieux, a drastiquement modifié la situation épidémiologique: la proportion des tests RT-PCR positifs a franchi la barre des 44% dans certains cantons, alors qu'elle était de 15 à 25% courant décembre 2021, s'inquiète l'association.

Tests répétitifs ingérables

Face à des taux de positivité aussi élevés, les tests répétitifs en pool dans les établissements de santé, les instituts de formation et les entreprises ne sont plus une alternative efficiente. «Cette approche est également devenue ingérable pour les laboratoires», écrit la faîtière des laboratoires médicaux.

Pour une «priorisation rationnelle» du dépistage, l'association se base sur les recommandations de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La première priorité doit être le dépistage des cas et des symptômes (personnes symptomatiques, personnes en contact avec des cas confirmés, enquêtes sur les foyers et diagnostic de confirmation).

La priorité doit ensuite aller au dépistage répétitif dans les établissements de santé pour les personnes asymptomatiques, puis, en troisième lieu, dans les instituts de formation et les entreprises. Enfin, en dernière priorité figurent les tests individuels préventifs et tests pour les certificats de dépistage et les voyages.

beko, ats