Les Verts pour un tournant économique et sociétal

mt, ats

23.1.2021 - 17:38

"Dans un Etat de droit, il s'agit de définir la liberté autrement que par le droit du plus fort ou le pouvoir du plus riche", a déclaré Balthasar Glättli lors d'une assemblée des délégués du parti en ligne.
ATS

Les Verts demandent un tournant économique et sociétal. «L'être humain est davantage que ce qu'il possède et consomme», a affirmé samedi son président Balthasar Glättli à l'ouverture de l'assemblée des délégués du parti en ligne.

«Mieux plutôt que plus», «être plutôt qu'avoir», des concepts qui sont au fond des questions politiques, des questions de choix démocratiques, a déclaré le conseiller national zurichois. «Dans un Etat de droit, il s'agit de définir la liberté autrement que par le droit du plus fort ou le pouvoir du plus riche», a-t-il ajouté.

L'assemblée des délégués doit discuter du plan du parti pour le climat. Aux yeux des Verts, la Suisse devrait atteindre la neutralité climatique d'ici à 2030 et la positivité climatique dès 2040. Ils entendent y parvenir notamment par une interdiction, dès 2025, de tous les nouveaux véhicules fonctionnant à l'énergie fossile et des chauffages au mazout.

«Avec le plan climatique, nous voulons définir une liberté qui ne détruit pas ses propres fondations, une liberté de l'être et de l'avenir», a dit Balthasar Glättli.

Contre une politique d'austérité

En temps de pandémie également, l'injonction du moment est plutôt orientée vers le «partage au lieu de la thésaurisation» et vers «la solidarité plutôt que la peur de l'endettement», a souligné le président des Verts. Or au lieu de cela, nous sommes confrontés à une politique bourgeoise d'austérité qui suscite une peur du lendemain chez de nombreuses personnes.

La Suisse ne peut pas se permettre d'avoir un conseiller fédéral comme Ueli Maurer, qui exhorte encore à la discipline budgétaire au coeur de la plus grande crise qui soit, a fustigé M. Glättli.

Politique en matière d'internet

Les Verts doivent par ailleurs approuver samedi une résolution concernant la politique en matière d'internet. Il s'agit de définir comment la Toile peut garantir les droits démocratiques, la liberté d'information, les droits humains et la sphère privée. Aux yeux du parti, une charte internationale, des lois aux niveaux national et cantonal ainsi qu'une stratégie étatique sur la numérisation s'avèrent incontournables à cet égard.

La formation doit enfin indiquer samedi ses mots d'ordre pour les trois votations du 7 mars prochain. La direction des Verts recommande un triple non à l'accord de libre-échange entre les Etats de l'AELE et l'Indonésie, à l'identité électronique et à l'interdiction de la burqa.

Retour à la page d'accueil

mt, ats