Des mesures insuffisantes contre la nouvelle variante?

ATS

22.12.2020 - 15:55

Des virus SRAS-CoV-2 (en bleu) observés au microscope électronique s’accrochent à une cellule (en marron). En raison d’une mutation, le virus semble se propager beaucoup plus rapidement en Grande-Bretagne. (Archive)
EPA/NIAID- RML/National Institutes of Health

Les mesures prises actuellement en Suisse seraient insuffisantes pour stopper la nouvelle variante du coronavirus. Celle-ci n'y a pas encore été détectée, mais sa présence est jugée probable au vu du nombre de vols en provenance de Grande-Bretagne ces dernières semaines.

La nouvelle souche plus contagieuse est susceptible d'augmenter de 0,4 le taux de reproduction de l'infection, qui est d'ores et déjà légèrement supérieur à 1, a indiqué mardi Tanja Stadler, membre de la Task Force scientifique Covid-19 de la Confédération, mardi devant la presse à Berne. Elles se basait sur des données provenant de scientifiques britanniques.



Selon la professeure de l'EPFZ, cela pourrait conduire à une hausse exponentielle du nombre de cas. Il s'agit donc de gagner du temps et d'éviter qu'elle ne se propage. Pour ce faire, il faut d'une part prévenir autant que possible les importations de cette souche, de l'autre réduire au maximum les contacts.

La nouvelle souche est apparue de manière indépendante en Angleterre et en Afrique du Sud, selon les connaissances actuelles, encore lacunaires. Au 10 décembre dernier, elle n'avait pas encore été repérée dans les séquençages opérés en Suisse.

Actuellement, 1% des cas font l'objet d'un séquençage génétique. Des efforts vont être faits ces prochaines semaines afin d'augmenter de manière ciblée le nombre de ces analyses, a ajouté Tanja Stadler.

Les virus mutent constamment, a-t-elle précisé. Plusieurs milliers de variantes du SARS-Cov-2 ont été identifiées sur la planète et plusieurs centaines en Suisse. La nouvelle souche sud-africaine reste pour l'instant cantonnée à ce pays. La variante britannique, elle, a déjà été repérée au Danemark, en Italie, aux Pays-Bas et en Australie.

Vu l'affluence de touristes britanniques venus pour les fêtes en Suisse, il est donc probable qu'elle y soit déjà présente, selon les experts. Et au cas où elle viendrait à se répandre, «les mesures actuelles seraient insuffisantes pour la stopper», a conclu Martin Ackermann, président de la Task Force scientifique.

Retour à la page d'accueil