Coronavirus

Nouvelles restrictions pour faire baisser les chiffres

gd, ats

11.12.2020 - 16:17

Les Suisses ne pourront plus aller faire du shopping ou déguster une entrecôte au restaurant après 19h00 dans les cantons les plus touchés. Le Conseil fédéral a pris vendredi de nouvelles mesures pour faire face à la hausse des cas de coronavirus.

la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga devant la presse.
Keystone

«On ne peut plus attendre, on a besoin de mesures supplémentaires drastiques pour faire baisser les chiffres» de contamination, a dit la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga devant la presse. Avec plus de 5000 nouveaux cas quotidiens ces derniers jours, le nombre d'infections augmente de nouveau dans quasiment toute la Suisse.

Seule la région lémanique voit pour l'instant ses cas diminuer, a précisé le ministre de la santé Alain Berset. Les hôpitaux sont sous très forte pression et le personnel est à la limite de ses capacités.

Peu importe qui décide

«Dans la situation actuelle, peu importe qui décide quoi, ce qui compte, c'est que les chiffres baissent», a relevé Simonetta Sommaruga. Une majorité des cantons ont reconnu qu'il fallait agir.

Le gouvernement avait déjà annoncé mardi vouloir serrer la vis face à une évolution à la hausse qui s'était «malheureusement» déjà dessinée la semaine passée. Après consultation des cantons, il a mis un petit peu d'eau dans son vin.

Les restaurants et les bars devront fermer de 19h00 à 06h00 à partir de samedi. Magasins, marchés, musées, bibliothèques, centres de loisirs ou de sport devront se plier aux mêmes horaires. Les offres à l'emporter et de livraison pourront elles se poursuivre jusqu'à 23h00.

Seuls les restaurants et les bars pourront rester ouverts les dimanches et jours fériés. Le 24 décembre et le jour de la Saint-Sylvestre, ils pourront même accueillir leurs clients jusqu'à 01h00.

Exceptions prévues

Des exceptions sont toutefois prévues pour les cantons les moins touchés, soit tous les cantons romands, sans Berne, et Obwald. Les établissements pourront rester ouverts jusqu'à 23h00. Plusieurs conditions doivent toutefois être réunies. Le taux de reproduction doit rester en dessous de 1 pendant sept jours et l'incidence journalière sur sept jours doit rester sous la moyenne suisse durant une semaine.

Par ailleurs, les cantons doivent disposer de capacités suffisantes dans les centres de traçage des contacts et dans les services de santé. Dernier point: le canton doit discuter d'une éventuelle extension des horaires d'ouverture avec ses voisins.

Les manifestations seront interdites, à l'exception des offices religieux, des funérailles, des manifestations politiques et des assemblées législatives. Les activités sportives et culturelles seront restreintes à cinq personnes. Des exceptions sont toutefois prévues pour les enfants jusqu'à 16 ans, ainsi que les sportifs et les acteurs culturels professionnels.

Le gouvernement renonce en revanche à de nouvelles restrictions pour les rencontres privées. Elles sont limitées à dix personnes. Pas plus de deux ménages devraient de préférence se retrouver. Les nouvelles mesures entreront en vigueur samedi et d'étendront jusqu'au 22 janvier.

Garder la situation sous contrôle

Les nouvelles mesures visent à éviter les déplacements, les rassemblements le soir et à limiter les contacts dans les espaces fermés, a précisé Alain Berset. Il faut de préférence rester à la maison et rencontrer peu de personnes.

Il a appelé la population à respecter les mesures pour aider à garder la situation sous contrôle. Moins les mesures sont respectées, plus les options se réduisent et sans alternative, il faudra tout fermer, a-t-il prévenu.

Aides pour les cas de rigueur

Pour accompagner ces mesures, le gouvernement juge nécessaire d'augmenter l'aide pour les cas de rigueur, en raison de possibles fermetures d'entreprises. Il a augmenté l'enveloppe à 2,5 milliards de francs, contre un milliard actuellement.

«Nous avons constaté que les fonds ne suffiront pas à faire face aux nouvelles mesures», a déclaré le ministre des finances Ueli Maurer. L'aide supplémentaire se composera de 750 millions de francs pris en charge conjointement par la Confédération (500 millions) et les cantons (250). Cette aide s'inscrit dans le concept actuel d'aide aux cas de rigueur telle qu'elle figure dans la loi Covid-19, a expliqué M. Maurer.

Si nécessaire, la Confédération doit pouvoir injecter 750 millions supplémentaires dans les mesures cantonales d’aide pour les cas de rigueur, sans participation financière de la part des cantons. Il s'agit d'une sorte de «réserve», qui ne sera pas soumise aux mêmes conditions, a souligné le grand argentier. Le but est d’apporter une aide ciblée aux cantons qui sont particulièrement touchés par les mesures de lutte contre le Covid-19.

Par ailleurs, le Conseil fédéral a décidé de verser des indemnités pour pertes financières non seulement aux entreprises culturelles, mais également aux acteurs du domaine culturel qui en auront fait la demande. L'enveloppe pour le secteur culturel se monte à 100 millions de francs.

Retour à la page d'accueil

gd, ats