L'employé de la police de Schwytz faisait du trafic d'armes

ATS

8.4.2021 - 07:55

Le procès d'un ancien employé de la police cantonale schwytzoise démarre jeudi devant le Tribunal pénal fédéral. L'homme est accusé d'avoir commandé du matériel et des munitions aux frais de la police et de les avoir revendus à son compte. En outre, il aurait vendu des armes sur le Darknet.

ATS

8.4.2021 - 07:55

Viel Munition liegt in einer Schachtel bei der freiwilligen Waffenabgabe am Samstag, 21. Mai 2011 in Zuerich. (KEYSTONE/Alessandro Della Bella)
Alors chef de la logistique de la police schwytzoise, l'homme est accusé, entre autres, d'avoir commandé des milliers de cartouches dès 2009. (KEYSTONE/Alessandro Della Bella)
KEYSTONE

Le Ministère public de la Confédération (MPC) accuse cet homme de 59 ans d'avoir commandé en sa qualité de chef de la logistique des milliers de cartouches dès 2009. Ces dernières n'étaient cependant d'aucune utilité pour le corps de police.

Le prévenu aurait utilisé ces munitions pour son propre usage et en aurait revendu sur le Darknet. Entre août et novembre 2013, il aurait aussi proposé à la vente une soixantaine d'armes – des pistolets, des revolvers et des fusils d'assaut.

Complice allemand

Un jeune Allemand aurait acquis sept armes à lui seul ainsi que des cartouches. Il aurait aussi servi d'intermédiaire lors d'autres transactions et empoché une commission. Ce complice est le sujet d'une procédure séparée en Allemagne.

Entre mai et août 2017, l'accusé aurait aussi transmis à son intermédiaire des informations sur la police cantonale schwytzoise. Ces informations avaient été réclamées par les autorités de poursuite allemandes par le biais de l'entraide judiciaire. Elles ont permis au jeune complice d'adapter ses déclarations. Ce dernier aurait aussi appris par ce biais que la police allemande l'avait pisté au moyen d'un GPS et placé une installation de surveillance dans sa voiture.

L'ancien employé répond, de manière répétée, d'infractions par métier à la loi sur les armes, d'abus de confiance, de faux dans les titres, de gestion déloyale des intérêts publics et de violation du secret de fonction. Le MPC annoncera la peine requise à l'audience.

Le procès débute jeudi à 10h00 et devrait se poursuivre vendredi.