Plus d'emplois pour protéger l'environnement

3.12.2019 - 17:40, ATS

La gestion des eaux usées représente un quart des dépenses totales pour la protection de l'environnement en Suisse (archives).
Source: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Les dépenses pour la protection de l'environnement continuent de progresser en Suisse, passant de 8,5 milliards de francs en 2000 à 12,4 milliards en 2018, selon l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le nombre d'emplois du secteur a également quasiment doublé.

La dépense nationale en faveur de la protection de l'environnement, qui englobe l'effort financier des ménages, des entreprises et des administrations publiques, a ainsi augmenté de 45% à prix courants en 18 ans, précise l'OFS dans un communiqué diffusé mardi. En pour cent du produit intérieur brut (PIB), elle est toutefois restée plus ou moins stable, sa part oscillant entre 1,9% et 1,7%. En 2018, elle était de 1,8%.

La plus grande partie de cette dépense concerne la gestion des déchets, qui s'élevait à 5,2 milliards de francs l'an passé, et la gestion des eaux usées (3,048 milliards). La protection de la biodiversité et des paysages, même si elle a plus que doublé entre 2000 et 2018, n'atteignait que 695 millions et celle du climat de 583 millions (contre 306 millions en 2000).

Valeur ajoutée en hausse

Durant cette même période, la valeur ajoutée du secteur environnemental a crû de 2,4% du PIB en 2000 à 3,1% en 2018, pour atteindre 21,3 milliards de francs.

En parallèle, le nombre d'emplois du secteur environnemental a pratiquement doublé durant cette période, passant de 80'000 à 150'000 équivalents plein temps. Cette part correspondait à 3,7% de l'emploi total ou à 21,3 milliards de francs en 2018, contre 2,3% ou 10,9 milliards en 2000.

Ce secteur regroupe les activités produisant des biens ou des services destinés à protéger l'environnement ou à préserver les stocks de ressources naturelles, précise l'OFS. La hausse des emplois a été particulièrement importante dans la gestion des ressources énergétiques, avec plus de 53'000 nouveaux postes équivalents plein temps, et celle de la gestion et des économies d'énergie ou de chaleur (+47'950).

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles