Plus de 70'000 soignants nécessaires pour assurer la relève

bl, ats

28.11.2021 - 12:24

Malgré des améliorations, les besoins en infirmiers restent énormes pour la décennie à venir, notamment à cause du vieillissement de la population. Plus de 70'000 nouveaux soignants seront nécessaires pour assurer la relève.

Frauen und Maenner aus dem Pflegebereich demonstrieren fuer bessere Arbeitsbedingungen und werben fuer die Abstimmung der Pflegeinitiative am Zurcher Unispital, USZ, aufgenommen am Dienstag, 26. Oktober 2021 in Zuerich. (KEYSTONE/Ennio Leanza)
Image d'illustration 
KEYSTONE/Ennio Leanza

bl, ats

28.11.2021 - 12:24

Entre 2012 et 2019, 29'100 personnes supplémentaires ont été formées et 185'600 personnes exerçaient dans le secteur. L'intensification de l'activité de formation a apporté un mieux. Mais d'ici 2029, les besoins de personnel pourraient passer à 222'100 personnes, selon l'Observatoire suisse de la santé.

Il faudra former 15'900 soignants diplômés d'une Ecole supérieure ou d'une Haute école spécialisée, 12'600 personnes du domaine des soins et de l'accompagnement avec un diplôme du degré secondaire II et 8000 personnes sans titre de formation formel. Par ailleurs, il faudra remplacer 27'500 soignants du degré tertiaire et 14'500 soignants avec un certificat fédéral de capacité (CFC).

Dépendance de l'étranger

La relève ne permettra pas de couvrir l'ensemble des besoins en personnel. Le domaine des soins et de l'accompagnement ne sera couvert qu'à 80% et celui en personnel infirmier à 67%.

Aujourd'hui déjà, ce sont en grande partie des personnes titulaires d’un diplôme étranger qui remédient à la pénurie. Leur part au sein de l’effectif en personnel infirmier est de 30% en moyenne et varie fortement selon les régions.

La Suisse doit former plus de soignants pour ne pas être dépendante de l'étranger. Cette situation peut être dangereuse en cas de pandémie, estiment les partisans de l'initiative sur les soins infirmiers. Certains pays avaient réfléchi à interdire au personnel soignant de quitter leur territoire pendant la crise.

Les effets covid

L'impact de la pandémie n'est pas à négliger. Elle pourrait tout autant profiter au secteur que lui être défavorable. Un grand nombre de personnes pourraient jeter l'éponge face à la pénibilité accrue du travail.

Le manque d'opportunités professionnelles pourrait pousser d'autres à rester. Les projecteurs braqués sur les infirmiers pourraient également attirer de nouveaux étudiants séduits par une profession porteuse de sens.

Le coronavirus influencera aussi les besoins en soins. D'un côté, la surmortalité de 2020 et 2021 pourrait diminuer les besoins de soins de longue durée dans un premier temps. De l'autre, de nombreuses personnes souffrent de séquelles d'un covid long et auront besoin de plus d'attention. La reprise économique, qui influence la croissance démographique, pourrait également avoir un impact.

bl, ats