Prévention des addictions

Premier Escape addict lancé en Valais

ATS

26.9.2018 - 12:48

Des élèves en plein Escape addict, mercredi matin au cycle d'orientation de Fully-Saxon.
Source: Keystone-ATS

Un nouvel outil de prévention a été présenté mercredi par Promotion santé Valais: l'Escape addict. Créé sur le modèle des fameuses "Escape Rooms", il doit amener les élèves des cycles d'orientation à échapper aux addictions.

Une classe du cycle d'orientation de Fully-Saxon (VS) a eu droit au premier Escape addict du canton. L'effervescence y règne en ce mercredi matin où les élèves en groupe de quatre ou cinq disposent d'une heure et demie pour résoudre quatre enquêtes.

Barricadés dans leur salle de classe, ils s'activent autour d'une tablette ou devant le décor d'une chambre d'adolescent. "Le but du jeu est d'informer sur les risques des addictions, mais aussi d'agir sur les mécanismes qui se mettent en place avant de devenir addict", indique à la presse Catherine Moulin Roh, de Promotion santé Valais.

Lorsque les élèves ont découvert les principaux indices, ils les mettent en commun avec les autres groupes, sous l'oeil avisé d'un intervenant de Promotion santé Valais. De cette mise en commun émergera la solution finale, en d'autres termes la clé pour s'échapper de la classe.

Quelque 3000 élèves

Au fil du jeu, l'adolescent est amené à réfléchir sur la consommation d'alcool, de tabac, de cannabis ou d'écrans. En enquêtant pour savoir où est passé le personnage fictif de Jordan, de Lisa qui n'est pas venue à l'école ou encore d'Adrien devenu de plus en plus distant, il se familiarise avec les risques d'une consommation festive ou abusive et acquiert des outils pour savoir dire non.

Quelque 3000 élèves valaisans de 10e année Harmos (13-14 ans) vivront chaque année cette expérience de l'Escape addict. Le projet est bilingue et démarrera en novembre dans la partie germanophone du canton.

Le Valais espère faire des émules dans les autres cantons suisses où des présentations du nouvel outil sont d'ores et déjà prévues, relève Promotion santé Valais. Le projet a coûté 180'000 francs, financé notamment par la loterie romande, le canton et Promotion santé Valais.

Retour à la page d'accueil

ATS