Prochaine AG du PLR jugée trop tardive

7.12.2018 - 04:00, ATS

Assis au premier rang, le conseiller d'Etat Pierre Maudet a écouté les délégués du PLR genevois s'exprimer sur la tenue d'une prochaine assemblée générale extraordinaire sur sa situation.
Source: KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

Réunis jeudi soir à Chêne-Bourg (GE), les délégués du PLR genevois ont abordé l'affaire Maudet. Plusieurs ont appelé à la tenue d'une assemblée générale extraordinaire sur ce sujet avant Noël. En vain.

Il a fallu attendre les divers, dernier point à l'ordre du jour, pour que l'affaire soit évoquée par les délégués. "Il est urgent de crever l'abcès au plus vite pour se renouveler", a déclaré Patricia Richard, conseillère municipale en Ville de Genève et cheffe de groupe.

En préambule de cette assemblée qui a rassemblé une centaine de délégués, le président du PLR genevois, Alexandre de Senarclens, la voix nouée, a appelé son parti à l'unité. Il a invité les membres à s'exprimer sur le sujet lors de l'assemblée générale extraordinaire qui a été fixée au 15 janvier.

Trop tard

Pour beaucoup, cette date tombe beaucoup trop tard. De plus, le Conseil municipal de la Ville de Genève siège au même moment, s'est insurgée Mme Richard. D'autres interventions, chaudement applaudies, ont soutenu sa position. Mais le président du PLR genevois n'a pas modifié sa stratégie. L'assemblée générale extraordinaire aura lieu le 15 janvier.

Le président a rappelé la "décision douloureuse" prise lundi par le comité directeur. Les instances dirigeantes avaient suivi la présidence qui - comme le comité directeur du PLR Suisse - avait invité Pierre Maudet à démissionner. Même si certains ne sont pas d'accord avec le comité directeur, il faut respecter le fait que cet organe a fait ce choix, a insisté M. de Senarclens.

Loi sur la laïcité

L'assemblée des délégués s'est par ailleurs prononcée contre l'initiative "Stopper le mitage - pour un développement durable du milieu bâti" soumise en votation fédérale le 10 février. Au niveau cantonal, les délégués ont rejeté l'initiative pour le remboursement des soins dentaires et celle visant à instaurer une caisse d'assurance maladie et accidents.

Ils ont aussi largement approuvé la loi sur la laïcité soumise au référendum. Pierre Maudet s'est exprimé pour défendre cette loi, dont il est le géniteur. Assis au premier rang, il n'a pas pris la parole au sujet de sa situation personnelle.

Le conseiller d'Etat est poursuivi par le Ministère public pour acceptation d'un avantage en lien avec son voyage à Abu Dhabi. Depuis fin août, les révélations se succèdent. Dernière en date, un volet fiscal qui questionne des déductions effectuées par Pierre Maudet.

La Suisse en images

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles