La réunion de Libyens divisés est prolongée d'un jour 

sn, ats

1.7.2021 - 15:52

La réunion du Forum sur le dialogue politique libyen (LPDF) près de Genève se prolongera d'un jour vendredi. Face aux tensions et aux divisions lors des discussions, l'ONU veut éviter que les élections de décembre prochain soient compromises.

sn, ats

1.7.2021 - 15:52

La communauté internationale a récemment appelé les Libyens à garantir le scrutin de décembre mais ceux-ci sont divisés dans les avancées vers le scrutin dans leur pays (archives).
ATS

Les dizaines de représentants de ce format politique se sont retrouvés lundi et devaient trouver d'ici jeudi un compromis sur une approche constitutionnelle pour la loi électorale. Malgré une proposition du dispositif consultatif du LPDF avant le début de la rencontre, les discussions se sont durcies.

«Les tensions et les émotions étaient élevées» notamment mercredi, a admis jeudi après-midi l'émissaire de l'ONU sur la Libye Jan Kubis au début d'une session de ces pourparlers. «Mais un échec à trouver un compromis n'est pas une option», a-t-il répété, dans des déclarations à distance en raison de son infection au coronavirus.

Depuis lundi, plusieurs membres du LPDF ont remis en cause la date prévue en décembre pour ces élections présidentielle et législatives dans une Libye réunifiée après plusieurs années de conflit, pourtant prévue dans la feuille de route approuvée l'année dernière. M. Kubis les exhorte à ne discuter que des composantes constitutionnelles qui pourront garantir le scrutin.

Lundi, il avait estimé qu'à défaut d'accord, un mécanisme de votes sur plusieurs propositions devrait être lancé. Face à ces divisions, il a remercié jeudi la Suisse pour l'extension d'une journée attribuée à cette réunion.

Vote encore attendu au Parlement libyen

La Chambre des représentants devait avaliser une loi électorale d'ici vendredi conformément aux travaux du LPDF, un scénario qui semble désormais difficile. De quoi donner à la Commission électorale la marge de manoeuvre pour organiser le scrutin.

Les Libyens se sont retrouvés quelques jours après la seconde conférence internationale sur leur pays, à laquelle le conseiller fédéral Ignazio Cassis avait participé. Le Premier ministre provisoire Abdelhamid Dbeibah avait réaffirmé son engagement à organiser le scrutin de décembre prochain, alors que des doutes commençaient à être exprimés dans la communauté internationale.

Les différents pays qui ont participé, à l'exception d'une réserve turque, avaient appelé au retrait des mercenaires présents de chaque côté du conflit. Selon une estimation de l'ONU il y a quelques mois, ils seraient environ 20'000.

Des centaines de Syriens pourraient quitter le territoire libyen prochainement, a dit la semaine dernière la cheffe de la diplomatie du gouvernement provisoire Najla al-Mangoush. Ils ont combattu aux côtés des troupes du gouvernement d'union nationale (GNA), à l'ouest, ou de l'armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar, à l'est. Mais des ressortissants d'autres pays se trouvent toujours dans le pays, dont des Turcs à l'ouest et des Russes à l'est.

Désormais, le gouvernement provisoire unifié, à la tête duquel M. Dbeibah avait été désigné il y a quelques mois lors de la précédente réunion du LPDF en Suisse, pilote la Libye.

sn, ats