Politique

Remise d'une pétition à Berne pour la reconnaissance du Karabakh

kd, ats

14.12.2020 - 14:13

La Suisse devrait reconnaître le droit à l'autodétermination des Arméniens du Haut-Karabakh. Le comité Suisse-Karabakh, accompagné de parlementaires fédéraux, a déposé lundi à Berne une pétition munie de près de 21'000 signatures.

Les Arméniens du Karabakh ont été contraints de céder d'importants territoires à l'Azerbaïdjan (archives).
ATS

La délégation était composée des conseillers aux Etats Lisa Mazzone (Verts/GE) et Carlo Sommaruga (PS/GE) ainsi que de la conseillère nationale Marianne Streiff (PEV/BE), membres du Groupe parlementaire Suisse-Arménie, et de représentants de la communauté arménienne de Suisse.

Le texte demande à l'Assemblée fédérale et au Conseil fédéral de reconnaître le droit à l'autodétermination des Arméniens du Haut-Karabakh comme seule garantie pour leur sécurité. Il revendique aussi des sanctions économiques et diplomatiques envers l'Azerbaïdjan, a indiqué le groupe parlementaire Suisse-Arménie.

Aide humanitaire

Les signataires exigent encore une aide humanitaire conséquente en faveur de la population du Haut-Karabakh. Ils estiment que 90'000 à 100'000 habitants ont fui la région. Ils dénoncent aussi les crimes de guerre commis par l'Azerbaïdjan lors de la guerre déclenchée cet automne avec l'usage de bombes à sous-munitions, de munitions au phosphore ou le recours à des mercenaires djihadistes syriens.

La Suisse a déjà reconnu le droit à l'autodétermination dans les cas du Kosovo et du Timor Est. La Confédération doit intervenir conformément à la Convention de Genève sur la protection des personnes civiles en temps de guerre, dont elle est dépositaire, poursuit le Groupe parlementaire Suisse-Arménie.

Les affrontements entre l'armée azerbaïjanaise et les Arméniens du Haut-Karabakh, qui ont fait plusieurs milliers de morts, ont commencé en septembre et se sont soldés en novembre par une défaite des forces arméniennes, contraintes de céder d'importants territoires à l'Azerbaïdjan. L'accord de cessation des hostilités a été négocié sous l'égide de Moscou. Une force de paix russe de quelque 2000 soldats a été déployée dans la région.

Retour à la page d'accueil

kd, ats