Soutien des cantons et colère des structures fermées

clsi, ats

18.12.2020 - 18:55

Les cantons et certains partis soutiennent le renforcement des mesures annoncé vendredi par le Conseil fédéral. Le PLR, les Verts et l'UDC se montrent plus critiques. Les représentants des structures qui doivent fermer se disent, eux, en colère.

Le conseiller fédéral Guy Parmelin est en quarantaine: une personne proche de lui a été testée positive au Covid-19 (photo d'archives).
Les cantons et certains partis soutiennent le renforcement des mesures annoncé vendredi par le Conseil fédéral. Le PLR, les Verts et l'UDC se montrent plus critiques.
KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les cantons qui remplissent les conditions nécessaires maintiendront leurs restaurants ouverts jusqu'au 24 décembre, indique les cantons romands vendredi dans un communiqué.

Les cantons de Genève, Fribourg, Vaud et Valais laissent donc pour l'instant les restaurants ouverts. Le Jura devra cependant fermer ses restaurants mardi 22 décembre. Sa situation épidémiologique ne lui permet plus de bénéficier d'un assouplissement des mesures décidées par le Conseil fédéral.

Du côté des domaines skiables, ils seront toujours en marche dans les cantons de Vaud, Valais et Berne. En revanche, la Suisse centrale a décidé de fermer ses stations. Les Grisons se décideront sur ce point lundi.

Bien que plusieurs d'entre eux bénéficient d'une légère souplesse, les cantons romands se disent «conscients que la situation reste fragile». Ils se concerteront lundi afin de réévaluer la situation.

Les cantons dont l'évolution épidémique est favorable doivent appliquer les dérogations avec «une prudente retenue», prévient de son côté la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CdS). Le renforcement des mesures est «incontournable», juge par ailleurs la conférence.

Soutien de la majorité des partis

Bien qu'ils estiment que des mesures de soutien économique sont nécessaires, le PS, le PDC et les Vert'libéraux saluent également la décision du Conseil fédéral.

Le PLR se montre plus critique et exige du gouvernement une stratégie claire pour les semaines à venir. Même si le parti juge l'intervention du Conseil fédéral «logique», il tient au maintien d'une marge de manoeuvre pour les cantons.

Tout comme l'UDC qui se réjouit que les cantons restent compétents en matière d'ouverture des domaines skiables. Le parti déplore toutefois la fermeture des restaurants et des infrastructures de loisir ainsi que la restriction du nombre de personnes dans les magasins. Selon lui, ces nouvelles mesures «pourraient signifier le coup de grâce pour de nombreuses entreprises».

Les Verts estiment pour leur part que les nouvelles restrictions ne vont pas assez loin et «ne tiennent pas suffisamment compte de la gravité de la situation». Le parti écologiste regrette que les cantons et la Confédération ait tardé à agir et juge que les aides économiques sont pour l'instant trop timides.

Fermeture jugée «grave»

Pour Gastrosuisse, «la déception est grande». La fermeture des restaurants jusqu'au 22 janvier occasionnera un dommage économique de 2,5 milliards selon la faîtière. Celle-ci dénonce également le manque d'aide en faveur de la branche.

Le constat est le même du côté de ZooSuisse, qui juge la fermeture des zoos, des aquariums et des parcs animaliers «grave». Si jusqu'à présent des licenciements ont pu être évités, les zoos ne peuvent pas se permettre un second arrêt, indique l'organisation. Elle demande la création d'un fonds de soutien, similaire à ce qui existe pour la culture.

Retour à la page d'accueil

clsi, ats