Assurance-maladie

Une hausse des primes est à craindre après l'envol des dépenses

olpe, ats

27.1.2022 - 13:21

Les coûts de la santé ont augmenté en moyenne de 5,1% en 2021 dans l'assurance de base, s'alarme santésuisse. Dans ces conditions, à moins de «corrections drastiques», il ne sera guère possible d'empêcher de nouvelles hausses de primes, prévient la faîtière.

Les coûts de la santé ont fortement augmenté en 2021, une explosion due notamment au Covid, annonce santésuisse.
ATS

olpe, ats

27.1.2022 - 13:21

Si, les trois dernières années, les hausses de coûts avaient été modérées, la forte augmentation constatée en 2021 «menace la stabilité des primes», relève jeudi l'organisation dans un communiqué.

L'augmentation de 5,1% par assuré observée en 2021 est la plus forte depuis 2013. Et elle ne tient pas compte des coûts de la vaccination contre le Covid-19, qui ont atteint 265 millions de francs.

Les dépenses pour la physiothérapie ont crevé le plafond: + 18% par rapport à 2020. Les coûts des cabinets médicaux et de l'ambulatoire hospitalier ont aussi enregistré une augmentation supérieure à la moyenne (respectivement de 6% et 7%). Ceux des laboratoires ont aussi pesé, même sans prendre en compte les tests Covid, qui sont payés par la Confédération.

Surcharge Covid

Depuis le début de la pandémie, santésuisse évalue à plus d'un milliard de francs les coûts causés par le Covid à la charge de l'assurance maladie de base.

L'aide et les soins à domicile ont vu leurs frais s'alourdir de plus de 6%, à cause probablement du fait que le SARS-CoV-2 a incité les patients à rester le plus longtemps possible chez eux. Seules les dépenses pour les EMS ont reculé, de près de 3%.

Santésuisse se dit préoccupée par l'évolution générale, à plusieurs titres. «Les dépenses de santé à charge de l'assurance-maladie obligatoire augmentent malheureusement beaucoup plus vite que d'autres indicateurs économiques», déplore la faîtière des caisses-maladie.

Entre 2010 et 2020, les coûts de la santé ont gonflé de 2,5% en moyenne par assuré et par année, alors que les salaires nominaux n'ont pris que 0,7% et le PIB, 0,2%. L'indice des prix à la consommation a même reculé (-0,1%). Ainsi, le budget santé pèse toujours davantage sur les ménages.

Mesures urgentes

Santésuisse réclame des «mesures efficaces» pour parvenir à des économies chez tous les acteurs de la santé. Les partenaires tarifaires devraient définir en commun dans leurs conventions des mesures destinées à maîtriser les coûts.

En outre, la qualité des prestations doit constituer un critère obligatoire, déterminant pour le remboursement des prestations médicales.

Des prestations doivent être exclues de la prise en charge par l’assurance obligatoire des soins (AOS) si elles ne remplissent pas les critères d’efficacité, comme le prévoient déjà les procédures de contrôle actuelles de la Confédération. Mais les assureurs demandent urgemment d'accélérer ces procédures.

En outre, santésuisse plaide pour que les tarifs officiels (médicaments, moyens et appareils, analyses de laboratoires...) fassent l’objet d’une remise à plat régulière. Enfin, elle demande qu'une commission extraparlementaire vérifie périodiquement l’évolution des coûts et formule des recommandations.

La faîtière observe encore que les prix des médicaments restent encore très élevés en comparaison avec l’étranger. Des comparaisons régulières permettraient des économies importantes. «Il faut également introduire rapidement les tarifs forfaitaires ambulatoires et faire progresser la planification des soins dans le secteur ambulatoire et stationnaire» dans une approche suprarégionale, conclut santésuisse.

olpe, ats