Vaud doit mieux protéger ses enfants

20.9.2019 - 17:11, ATS

Le collectif réclame une meilleure prise en compte des intérêts des enfants (image d'illustration).
Source: KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF

Un collectif vaudois lance une initiative pour améliorer la prise en compte des intérêts des enfants et de leurs familles lors de conflits. Il réclame la création d'un tribunal spécialisé et d'une commission indépendante pour traiter les plaintes.

Le Collectif pour une meilleure protection des jeunes Vaudois (CMPJV) a sévèrement critiqué vendredi les «dysfonctionnements» des services de l'Etat, en particulier du Service de protection de la jeunesse (SPJ). Il exige une révision de la loi et des structures adaptées. Il a jusqu'au 27 janvier pour réunir 12'000 signatures.

Le collectif a vu le jour à la suite de l'affaire d'un père du Nord vaudois qui a abusé pendant des années de ses enfants qui étaient pourtant placés sous la protection de l'Etat. Il estime que malgré les mesures correctrices annoncées en 2018 «rien n'a changé» et que «d'autres affaires peuvent arriver à n'importe quel moment», a déclaré la conseillère communale lausannoise Sandra Pernet.

Pas poursuivre les erreurs du passé

«L'Etat n'est pas infaillible», a ajouté Nicola Di Giulio, également conseiller communal lausannois et qui a été victime, enfant, de placements abusifs. «Nos parcours de vie doivent permettre de bâtir plus de justice afin de ne pas poursuivre les erreurs du passé».

Julien Dura, porte-parole du Mouvement de la condition paternelle Vaud, dénonce une «omerta» et un «business» des enfants placés en famille d'accueil ou en famille. Il réclame la création d'un tribunal de la famille, où siégeraient des magistrats spécialement formés, sur le modèle de ce qui se fait en Allemagne ou au Canada.

Médiation ordonnée

Autre requête: lors d'un conflit de couple, avant que la situation ne s'envenime, le juge devrait rapidement ordonner une médiation familiale, ce qu'on appelle la «médiation ordonnée». Et lorsqu'il faut se résoudre à un placement, il faudait davantage compter avec la famille élargie: les oncles, les tantes ou les grands-parents.

Une commission neutre devrait traiter les plaintes qui visent la prise en charge des mineurs par les structures de l'Etat. «Cela permettrait de contrebalancer le pouvoir de l'Etat», a expliqué Lucie Zimmitti, directrice de Missing Children Switzerland, qui apporte son appui au collectif, sans en être membre.

Un coup de sac

L'initiative, qui comprend six points différents, demande aussi que les foyers et les centres de thérapie soient adaptés aux nouvelles formes familiales. «Il ne faut plus que les enfants maltraitants et ceux qui ont subi des maltraitances soient mélangés», a dit Mme Pernet qui demande au canton de mieux soutenir les éducateurs de rue.

Les initiants espèrent que la population réalisera «la gravité de la situation». Ils veulent donner un «bon coup de sac» dans le fonctionnement du SPJ, et ceci «pour le bien des enfants». «On veut améliorer le système. On a besoin du SPJ. On ne veut pas qu'il disparaisse», a ajouté Mme Pernet.

Le collectif compte sur son entourage et sur ses contacts «dans tout le canton» pour réunir les signatures nécessaires à son initiative. Le texte intitulé «Nos enfants, les familles et les professionnels du canton de Vaud ont besoin de lois et de structures adaptées» n'est à ce stade soutenu par aucun parti, ni syndicat.

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles