L'apnée du sommeil pourrait causer des problèmes cardiovasculaires

Covermedia

22.6.2021 - 16:26

Covermedia

22.6.2021 - 16:26

L'apnée du sommeil est présente chez 40% des personnes souffrant de problèmes cardiovasculaires. Selon l'American Heart Association, il est nécessaire de mieux la dépister.

L'apnée du sommeil pourrait causer des problèmes cardiovasculaires

Selon les experts, l'apnée du sommeil pourrait être liée à une augmentation des risques de maladies cardiovasculaires. Le problème, qui survient lorsque les voix nasales supérieures sont obstruées, cause des épisodes répétés de coupure de la respiration pendant le sommeil. Parmi les symptômes, ont retrouve des ronflements, des problèmes de respiration, un sommeil fragmenté et des somnolences diurnes.

Par ailleurs, selon un communiqué de l'American Heart Association, l'apnée obstructive du sommeil (AOS) est toujours trop sous-diagnostiquée et sous-traitée. « L'AOS peut avoir un impact négatif sur la santé des patients, et augmenter les risques de problèmes cardiovasculaires, voire de mort. Ce communiqué encourage le dépistage et le traitement nécessaires à l'AOS », explique Yerem Yeghiazarians, médecin membre du groupe d'écriture des communiqués scientifiques.

Divers facteurs de risques

Les facteurs de risques de l'AOS sont l'obésité, une large circonférence du cou, la fumée, les passifs familiaux, et les congestions nasales nocturnes. Elle est présente chez 30 à 50% des gens souffrant d'hypertension, et 80% des gens souffrant d'hypertension pulmonaire, et est associée aux crises cardiaques, à une détérioration des artères coronaires, de l'arythmie cardiaque et du diabète de type 2. Même s'il n'a pas été prouvé que se faire dépister change l'issue clinique, ils pensent tout de même qu'il est nécessaire de se faire dépister pour obtenir un traitement, étant donnée la prévalence de l'AOS chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, et que ces interventions améliorent la qualité de vie.

« Les patients rapportent une meilleure humeur, moins de ronflements, moins de somnolences diurnes, une meilleure qualité de vie et de productivité au travail avec le traitement », explique le docteur Yeghiazarians. « Il faut tout de même des améliorations dans les outils diagnostics à la maison, et plus de recherche pour identifier les risques cardiovasculaires chez les personnes souffrant d'AOS. Mais le message est clair : il faut augmenter la prise de conscience des gens sur le sujet », ajoute-t-il.

Covermedia