Covid-19: Jour des Morts morose au Mexique

ATS

1.11.2020 - 18:39

Frappé par la pandémie, le Mexique marque dans la morosité son traditionnel Jour des Morts. L'événement a été privé de ses défilés colorés de faux squelettes et de cadavres en latex en raison des restrictions sanitaires.

Avec quelque 92'000 décès depuis que le Covid-19 sévit dans le pays, la célébration du Jour des morts cette année a un goût particulièrement amer. Les cimetières, généralement bondés à cette période du calendrier, sont restés fermés pour éviter les réunions familiales, tandis que de nombreux événements ont été annulés afin de freiner la propagation du virus qui a déjà contaminé plus de 900'000 personnes sur 129 millions de Mexicains.

Le plus emblématique est le défilé qui ne traversera pas cette année Mexico, la capitale, avec son cortège de crânes hilares, de joyeux cadavres, et de «Catrinas», ces élégants squelettes en robes à dentelles multicolores typiques de cette fête. A la place, des milliers de Mexicains vont évoquer jusqu'à lundi, dans l'intimité des murs de leurs maisons, le souvenir de proches terrassés par le coronavirus.

Le Jour des Morts, fête importante au Mexique, est marqué cette année par le coronavirus.
Source: KEYSTONE/AP/Fernando Llano

«Maintenant que nous en sommes privés, je réalise que le Jour des Morts représente finalement une occasion joyeuse», confie à l'AFP Janet Burgos, 41 ans. Avec ses frères, Janet a déposé une offrande sur l'autel privé installé à la mémoire de sa mère Rosa María, décédée très probablement du Covid-10 en juin, à l'âge de 64 ans.

Le goût amer du pain des Morts

La tradition mexicaine veut que pendant le «Dia des Muertos», les âmes retournent dans leurs maisons pour vivre à nouveau avec leurs proches qui préparent en leur honneur des offrandes, sortent des photos, composent des bouquets de fleurs de cempasúchil, de couleur orange vif. On sert les boissons et les plats préférés du défunt, en plus du fameux «pan de muerto», le pain des morts, aussi appétissant que sucré.

Traditionnellement, les familles rendent visite à leurs proches pour se réunir près des autels, apportent de la nourriture et des boissons, le tout en musique. Le coronavirus gâche non seulement cette journée qui est la plus courue du calendrier mexicain, mais il a en plus perturbé les rites funéraires.

Les familles, comme celle de Rosa María, n'ont pas pu veiller les corps de leurs proches puisque les corps sont désormais directement expédiés des hôpitaux vers les crématoriums. C'est pourquoi les offrandes du Jour des Morts représentent cette année un petit réconfort pour ceux qui n'ont pas pu accompagner les leurs.

Deuil national

Dans ce contexte, le gouvernement du président Andrés Manuel López Obrador (AMLO) vient de décréter trois jours de deuil national pour les victimes du Covid-19 au Mexique, le quatrième pays le plus endeuillé au monde. Lors d'une cérémonie solennelle, samedi, premier jour de ce deuil, AMLO leur a dédié une offrande au Palais national, alors que le drapeau mexicain était mis en berne.

De son côté, la mairie de Mexico a créé un site internet permettant aux familles de partager des images de leurs autels. «Gardons le jour des morts ... vivant», a tweeté la maire de la capitale, Claudia Sheinbaum, elle-même testée positive au Covid-19 il y a quelques jours.

Retour à la page d'accueil

ATS