Psycho

Faire des câlins serait-il bon pour la santé mentale?

CoverMedia

4.10.2018 - 18:37

Des chercheurs américains se sont intéressés aux effets bénéfiques des  «câlins consensuels».
Des chercheurs américains se sont intéressés aux effets bénéfiques des «câlins consensuels».
Source: Covermedia

Des chercheurs américains se sont intéressés aux effets bénéfiques des  «câlins consensuels». Et il semblerait que cela fasse du bien au cerveau, mais aussi au corps!

Si vous faites partie des gens qui n'aiment pas prendre les autres dans leurs bras, vous devriez peut-être y réfléchir. D'après des chercheurs américains de l'Université Carnegie Mellon de Pennsylvanie, enlacer quelqu'un aurait des effets spectaculaires sur la santé mentale mais aussi sur la santé physique!

Pour leur étude, les chercheurs ont interrogé 404 hommes et femmes adultes tous les soirs pendant 14 jours, sur leurs conflits, le nombre de fois où ils ont pris quelqu'un dans leur bras, et leur humeur, positive ou négative. Ils se sont aperçus que ceux qui avaient enlacé une autre personne à la suite d'un conflit voyaient diminuer leurs émotions négatives. Et ce sentiment aurait tendance à durer plusieurs jours après ce « câlin », d'après les scientifiques.

Bien-être et empathie

Le câlin, c’est bon pour la santé. Qu’on en fasse aux arbres ou à ses proches, il procure au corps un sentiment de bien-être et d’empathie. Plutôt qu’une bise furtive – qui se limite souvent à un claquement de joues froid et impersonnel – on devrait prendre la peine de s’enlacer plusieurs fois par jour. Car comme le souligne une étude publiée dans la revue scientifique PLOS One, le câlin peut jouer un rôle précieux sur l’humeur de votre voisin, collègue ou partenaire. L’étude révèle qu’une étreinte « même simple et directe » permet de réduire certains sentiments négatifs comme le stress ou la contrariété.

« Nos travaux n'en sont qu'à leur début. On a encore des questions à poser sur quand, comment et pour qui le fait de se prendre dans les bras est le plus bénéfique. Mais notre étude suggère que ces câlins consensuels peuvent être utiles pour soutenir quelqu'un qui souffre d'une relation conflictuelle », a expliqué Michael Murphy, en charge de l'étude.

La journée internationale du bonheur

Retour à la page d'accueil

CoverMedia