Faut-il manger des légumes pour réduire le risque?

CoverMedia

20.4.2020 - 00:00

Woman holding basket with fresh vegetables When: 24 Nov 2016 Credit: Valentina Barreto/Westend61/Cover Images
Source: Valentina Barreto/Westend61/Cove

Selon des chercheurs de l'université du Queensland (Australie), les femmes qui mangent plus de légumes avant d’être enceintes ont un «risque réduit» d’accoucher prématurément. Ce sont les antioxydants et les nutriments anti-inflammatoires qu’ils contiennent qui auraient ce rôle protecteur.

Les femmes qui ont une alimentation riche en légumes avant d’être enceintes ont un risque réduit d'accoucher prématurément, ont découvert des chercheurs de l'université du Queensland (Australie). Ils ont rapporté qu'une consommation élevée de carottes, choux fleurs, brocolis, citrouilles, choux, haricots verts et pommes de terre avant la conception aidait les femmes à mener une grossesse à terme.

Les naissances prématurées surviennent avant 37 semaines de gestation et sont la principale cause de décès chez les enfants australiens, affectant plus de 8% des naissances dans le pays chaque année. Les bébés nés avant 37 semaines peuvent souffrir de déficiences visuelles et auditives, ainsi que de problèmes de santé et de croissance.

Le régime alimentaire de près de 3500 femmes en Australie a été analysé, et le responsable de l'étude, Dereje Gete, a conclu que la consommation de légumes joue un « rôle significatif » en aidant à réduire le risque de naissance prématurée.

«Les légumes traditionnels sont riches en antioxydants ou en nutriments anti-inflammatoires, qui jouent un rôle important dans la réduction du risque de malformations à la naissance, a-t-il expliqué. Les femmes dépendent de certains nutriments stockés tels que le calcium et le fer avant la conception, qui sont essentiels pour le développement du placenta et des tissus du fœtus.»

Le chercheur a donc exhorté les femmes à commencer une alimentation plus saine avant même d'essayer de concevoir un enfant, plutôt que lorsqu'elles sont enceintes, car «les bébés sont complètement formés à la fin du premier trimestre».

La professeure Gita Mishra a fait écho aux conseils de M. Gete, et a déclaré qu’un changement alimentaire et des stratégies visant à modifier les comportements peuvent être utiles aux femmes, et pourraient réduire considérablement le risque que leur bébé soit confronté à des maladies chroniques plus tard dans sa vie s'il naît prématurément.

«Les personnes nées prématurément courent un plus grand risque de maladies métaboliques et chroniques à l'âge adulte», a-t-elle ajouté.

Comment perdre l'habitude de consommer du sucre en 10 étapes

Retour à la page d'accueil

CoverMedia