L'activité physique pourrait aider à réduire le retard cognitif des enfants prématurés

Covermedia

6.5.2021 - 17:34

L'activité physique pourrait aider à réduire le retard cognitif des enfants prématurés
Covermedia

Et s'il était possible de se débarrasser des problèmes cognitifs des enfants prématurés? C'est en tout cas la théorie d'une équipe de chercheurs, qui estiment que l'exercice physique peut réduire les troubles liés à une naissance trop avancée.

Covermedia

6.5.2021 - 17:34

Selon une nouvelle étude, l'exercice physique pourrait contribuer à améliorer sensiblement le développement cognitif des enfants prématurés.

Des chercheurs de l'université de Bâle et de l'hôpital universitaire pour enfants de Bâle ont découvert qu'un simple entraînement aux habiletés motrices, telles que l'agilité, l'équilibre et la coordination, permettait aux enfants prématurés d'atteindre les mêmes niveaux que les enfants nés à terme.

Les bébés nés avant la 37e semaine de grossesse sont classés comme prématurés et, bien que les limitations cognitives disparaissent souvent au bout de quelques années, certains enfants très prématurés présentent des différences de développement jusqu'à l'adolescence.

Les chercheurs ont découvert que les enfants nés avant terme ont un contrôle des impulsions plus faible que les enfants nés à terme, ce qui entraîne des désavantages dans les performances scolaires et d'éventuels problèmes de comportement.

Cependant, ils ont découvert que les différences dans le contrôle des impulsions peuvent être améliorées par un simple entraînement moteur.

«En d'autres termes, les enfants prématurés dont les capacités motrices étaient très bien développées étaient pratiquement égaux aux enfants nés à terme en ce qui concerne le contrôle des impulsions», a expliqué le Dr Sebastian Ludyga, coauteur de l'étude.

L'équipe de scientifiques a comparé 54 enfants prématurés, âgés de 9 à 13 ans, avec un groupe d'enfants du même âge nés à terme.

Les groupes ont été soumis à un test de «go/no go»: lorsqu'ils recevaient un signal, les participants devaient appuyer sur un bouton le plus rapidement possible. Lorsqu'on leur donnait un autre signal, ils devaient supprimer leur envie de bouger et ne pas appuyer sur le bouton.

Les chercheurs ont constaté qu'en moyenne, les enfants prématurés avaient plus de mal à supprimer leur envie de bouger en raison d'un déficit d'attention.

Et ils ont découvert que plus le déficit de motricité était important, plus le contrôle des impulsions était limité chez les enfants nés avant terme.

Le docteur Ludyga a demandé que les enfants nés prématurément bénéficient d'un soutien accru et que les écoles adoptent davantage de formations en matière de motricité.

«Un contrôle limité des impulsions à cet âge, même s'il se résorbe plus tard, peut avoir des conséquences négatives et restreindre les possibilités d'éducation de ces enfants», a-t-il déclaré.