Le chaînon manquant entre fertilité et stress

CoverMedia

9.12.2020

Source: Covermedia

Une étude a été menée sur le lien entre stress et fertilité. Et les chercheurs de l'université d'Otago en Nouvelle-Zélande pensent avoir trouvé le chaînon manquant!

Une nouvelle étude a trouvé un «chaînon manquant» entre les niveaux de stress et d'infertilité, selon des chercheurs de l'université d'Otago en Nouvelle-Zélande, qui ont fait cette découverte «révolutionnaire» et qui pourrait être d'une importance capitale pour toutes les femmes dans le monde qui se battent avec des problèmes de fertilité.

Ils ont découvert qu'un groupe de cellules nerveuses proche de la base du cerveau, les Neurons RFRP, supprimaient le système reproducteur lorsqu'il était stressé. L'équipe d'experts, menée par le professeur Greg Anderson, a commencé à tester le rôle des Neurons RFRP dans le contrôle de la fertilité des mammifères il y a plus de dix ans, et a confirmé ses découvertes avec des tests en laboratoire.

Technologie transgénique

En utilisant une technologie transgénique de pointe, Greg Anderson a découvert que, quand l'activité des cellules RFRP était augmentée à cause du cortisol, l'hormone du stress, les hormones reproductives étaient affectées négativement. L'équipe a aussi découvert que les hormones fonctionnaient normalement lorsque les Neurons RFRP étaient dormants, même dans des situations stressantes.

«Les Neurons RFRP sont une pièce critique du puzzle de la suppression de la reproduction induite par le stress, écrit Greg Anderson. Nous avons maintenant montré que les Neurons RFRP sont en effet le chaînon manquant entre le stress et l'infertilité. Ils deviennent actifs dans des situations stressantes, peut-être quand ils ressentent l'augmentation des niveaux de cortisol, puis désactivent le système reproducteur.»

C'est ainsi que lui et son équipe du centre de Neuroendocrinologie vont se pencher sur de potentiels traitements qui pourraient bloquer l'action des Neurons RFRP.

Retour à la page d'accueil