Les femmes qui veulent tomber enceinte doivent éviter l'alcool pendant l'ovulation

Covermedia

11.6.2021 - 09:30

Si vous voulez tomber enceinte, il vaut mieux éviter de boire. C'est la conclusion d'une étude américaine sur le lien entre consommation d'alcool et grossesse.

Les femmes qui veulent tomber enceinte doivent éviter l'alcool pendant l'ovulation
Covermedia

Covermedia

11.6.2021 - 09:30

Les femmes qui souhaitent tomber enceintes devraient éviter de boire de l'alcool, selon une nouvelle étude. Des chercheurs de l'école de santé publique et des sciences de l'information de l'université de Louisville ont découvert que le fait de boire beaucoup pendant l'ovulation était associé à une réduction significative des chances de conception.

L'équipe d'experts a analysé les données de l'étude du Mount Sinai Study of Women Office Workers, qui a recueilli des informations auprès de plus de 400 femmes âgées de 19 à 41 ans, entre 1990 et 1994, et les a suivies pendant 19 cycles menstruels.

Elles ont rempli un journal quotidien dans lequel elles indiquaient la quantité et le type d'alcool qu'elles buvaient, et ont fourni des échantillons d'urine le premier et le deuxième jour de chaque cycle menstruel.

six boissons alcoolisées par semaine, c'est trop

L'étude définit une consommation excessive d'alcool comme plus de six boissons alcoolisées par semaine, une consommation modérée comme trois à six boissons par semaine, et le binge drinking comme quatre boissons ou plus en un seul jour.

Une forte consommation d'alcool n'importe quel jour du cycle menstruel était associée à une probabilité réduite de conception par rapport aux non-buveurs, en particulier pendant la phase lutéale, qui correspond aux deux dernières semaines du cycle menstruel.

« Au moment de l'ovulation, généralement vers le 14e jour du cycle, la consommation d'une grande quantité d'alcool – qu'il s'agisse d'une forte consommation ou d'une consommation excessive – était significativement associée à une réduction des chances de conception », a expliqué le Dr Kira Taylor, responsable de l'étude.

les chiffres exacts considérés comme des estimations

Une consommation modérée ou importante d'alcool pendant la phase lutéale était liée à une réduction des chances de concevoir d'environ 44 %, et la consommation de plus de six boissons alcoolisées par semaine pendant l'ovulation était associée à une réduction de 61 % des chances de devenir enceinte.

Par ailleurs, chaque jour supplémentaire de consommation excessive d'alcool était associé à une réduction de 19 % des chances de concevoir pendant la phase lutéale, et de 41 % pendant l'ovulation.

« Notre étude n'a porté que sur quelques centaines de femmes et, même si nous pensons que les résultats suggèrent fortement qu'une consommation importante et même modérée d'alcool affecte la capacité de concevoir, les pourcentages et les chiffres exacts doivent être considérés comme des estimations approximatives », a précisé le Dr. Taylor.