Les produits de beauté entraînent beaucoup trop d'hospitalisations

Relaxnews

18.6.2019 - 10:18

Une nouvelle étude souligne l'importance de sécuriser l'accès à ses produits de beauté et de toilette pour éviter l'intoxication ou les blessures infantiles.
Source: Relaxnews

Des scientifiques américains ont montré que des produits du quotidien pour la toilette comme le shampooing, ou des cosmétiques comme le parfum ou le dissolvant seraient responsables d'une hospitalisation d'enfant toutes les deux heures aux Etats-Unis.

Cette étude, menée par des chercheurs du Center for Injury Research and Policy at Nationwide Children's Hospital, a compilé des données de tout le pays pour analyser le nombre d'enfants de moins de cinq ans ayant été traités dans les services d'urgence entre 2002 et 2016 pour des blessures en lien avec des produits cosmétiques et de soin.

Les scientifiques estiment qu'au cours des 15 années étudiées, 64'686 enfants de moins de cinq ans ont été soignés dans un service d'urgence aux Etats-Unis, suite à l'ingestion ou à une exposition à des produits de beauté ou de toilette comme le shampoing, les crèmes de beauté, le maquillage, le vernis à ongles et l'eau de Cologne. Cela représente environ un enfant toutes les deux heures.

Le dissolvant, responsable du plus grand nombre de consultations

Leurs résultats, parus dans la revue Clinical Pediatrics, ont par ailleurs montré que la plupart des blessures résultaient de l'ingestion d'un produit (75,7% des blessures) ou lorsqu'un produit venait en contact avec la peau ou les yeux des enfants (19,3%). La plupart des blessures étaient des empoisonnements (86,2%) ou des brûlures chimiques (13,8%).

Les produits pour les ongles étaient les plus mis en cause par cette étude, représentant 28,3% des visites aux urgences, suivis par les produits capillaires (27%), les produits pour la peau (25%), et l'exposition à des produits parfumés (12,7%). Le dissolvant est le produit qui a entraîné le plus grand nombre de visites aux urgences, représentant 17,3% de toutes les blessures. 

Il ressort par ailleurs que les enfants les plus touchés étaient les petits âgés de moins de deux ans, représentant 59,3% des passages aux urgences.

Des produits trop faciles d'accès

«Les enfants regardent leurs parents utiliser ces produits et peuvent tenter de les imiter. Puisque ces produits sont souvent stockés dans des lieux faciles d'accès et qu'ils ne bénéficient pas de bouchons dotés de sécurité enfant, cela peut faciliter l'accès et l'ouverture par les enfants de ces flacons», a commenté Rebecca McAdams, co-auteur de l'étude.

Et de préciser que «les enfants de cet âge ne savent pas lire, ils ne savent donc pas à quoi ils ont affaire. Ils voient un flacon avec une étiquette colorée qui ressemble ou qui a l'odeur de quelque chose qu'ils ont le droit de manger ou de boire, c'est pourquoi ils essaient de l'ouvrir et d'en boire une gorgée. Lorsque la bouteille se trouve être du dissolvant plutôt que du jus, ou de la crème pour le corps plutôt que du yaourt, de graves blessures peuvent se produire.»

Les 20 fois où Meghan Markle nous a éblouis avec son style

Les 10 bébés de l'année

Retour à la page d'accueil